En RDC, 3 minutes pour comprendre les enjeux de la visite du pape

Publié le 30.01.2023| Mis à jour le 01.02.2023

Le Pape François entame mardi 31 janvier, une visite pastorale en République Démocratique du Congo, alors que le pays est en proie à un regain de violences à l’Est. Durant 3 jours, il rencontrera les catholiques congolais mais aussi les responsables politiques. Dans ce pays où l’Eglise est aussi une actrice clé de la société civile, c’est l’occasion de délivrer des messages forts.

Cela fait maintenant 38 ans qu’un pape, Jean-Paul II en 1985, est venue sur la terre congolaise. Alors que la majorité de la population souffre de l’extrême pauvreté, ses mots et ses gestes seront scrutés.

Réconciliation et espérance.  Ce sont les piliers du message que pourrait délivrer le pape François lors de sa visite pastorale aux 45 millions de catholiques congolais.

Samuel Pommeret, chargé de mission pour l’Afrique des Grands Lacs

110

millions d’habitants

45

millions de catholiques

L’Eglise catholique en RDC, une actrice importante pour la justice

La RDC compte près de 45 millions de fidèles, soit à peu près la moitié de la population.  

Vivante, culturellement ancrée au cœur de la société, l’Eglise congolaise est une institution majeure. Par ses actions sociales, son réseau éducatif et diocésain mais aussi son engagement pour l’éveil civique et son combat pour la démocratisation, elle est « au cœur du village ».

Animée par des figures d’évêques charismatiques (comme les archevêques  de Kinshasa, les cardinaux Joseph-Albert Malula  et Laurent Monsengwo),  en lien avec les mouvements citoyens congolais, l’Eglise s’est souvent opposée aux dérives dictatoriales de Mobutu ou de Kabila.

Elle est aussi engagée contre le scandale du pillage des ressources naturelles via une commission épiscopale dédiée (la CERN) qui se déploie dans de nombreux diocèses et effectue une veille sur les impacts sociaux et environnementaux de l’exploitation des ressources du sous-sol.

Une guerre oubliée à l’est du pays

La visite du pape intervient dans un contexte où les tensions vont croissantes.  

  • Au nord Kivu, Kinshasa accuse notamment le Rwanda voisin de soutenir le mouvement rebelle du M23 qui menace Goma, la capitale régionale.
  • Initialement  prévue en juillet 2022, cette visite avait été reportée, officiellement pour raison de santé. Cependant, la situation sécuritaire à l’est est sûrement ce qui a empêché François de venir prier sur la terre meurtrie des volcans. Le conflit, qui dure depuis près de 30 ans, sera dans toutes les têtes, alors que le Saint-Père doit rencontrer des victimes et que les congolaises et congolais attendent un message fort pour la paix et la Justice.

Alors que les messages de haine et de division prospèrent, on peut attendre une exhortation à lutter contre le tribalisme et la stigmatisation ethnique.

Un message à la classe dirigeante

Le Pape rencontrera le Président Tshisékédi et les plus hautes autorités et figures politiques du pays. Minée par une corruption dantesque, dirigée par une classe politique sans vision et opportuniste, la RDC est embourbée dans une extrême pauvreté.

Cette pauvreté grève les espérances de tous les Congolais, et particulièrement des plus jeunes.

La voix du pape portera sûrement un avertissement aux politiques pour qu’ils répondent enfin aux problèmes du pays. Surtout que de nouvelles élections présidentielles se profilent pour décembre 2023.

Durant ces trois jours, le Saint-Père rencontrera également les évêques congolais au siège de la conférence épiscopale.

Alors que l’Eglise congolaise est engagée comme actrice de l’éveil civique et de la consolidation démocratique (mais aussi critiquée comme partisane), le soutien de l’évêque de Rome serait vu comme un signe fort en faveur de la poursuite de la démocratisation de la vie politique congolaise.

Protéger le deuxième poumon de la planète

Dans l’esprit de Laudato Si, on peut espérer que François appelle, une fois de plus, à la protection de la planète et des formidables ressources du Congo, deuxième poumon de la planète. Malgré ses richesses naturelles, la RDC voit ses forêts et ses sous-sols pillées sans que les bénéfices de l’exploitation profitent aux populations.

La mal gouvernance, la corruption et la complicité des multinationales concourent à ce scandale.

Là-encore, la voix du Pape François peut porter et se joindre à celles (bien au-delà des seuls catholiques) des millions de congolais qui depuis si longtemps « ont faim et soif de Justice »

Samuel Pommeret, chargé de mission pour l’Afrique des grands lacs

LIRE AUSSI :

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Découvrez nos actions pour lutter contre la faim!
Je découvre