Un avenir sans faim

Publié le 22 janvier 2013

Omar & Yasmina

Fiche 2 - Dossier enseignants au lycée

Découvrir les réalités de l’accès au droit pour un immigré en France
- Faire prendre conscience des postures racistes qui consistent à mettre à part un groupe humain pour l’exclure ou le dominer.
- Mieux connaître la réalité de demande d’un titre de séjour en France pour un étranger.

Étape 1 : Déclencheur : « dedans-dehors » (10 mn)
L’enseignant pose une succession de questions qui formeront une suite de critères d’appartenance au groupe. Les élèves qui y répondent par l’affirmative se regroupent à chaque fois dans un cercle délimité : le « dedans ». Les élèves qui répondent par la négative restent hors de ce cercle : en « dehors ».

Exemples de questions : Qui est né en France ? Qui a des parents français ? Des grands-parents étrangers ? Qui est né dans la région (ou la ville) où il vit actuellement ? Qui a séjourné à l’étranger ? Qui a un étranger dans sa famille (y compris les cousins) ? Qui parle une langue étrangère ?
L’enseignant peut aussi baser les groupes d’appartenance sur des critères directement observables comme : la couleur de la peau (les frontières sont parfois floues…) ; la couleur des yeux ; la couleur des cheveux ; la taille (au-dessus ou en-dessous de telle taille…).

Après une série de questions, l’enseignant fait une reprise en classe. À partir du ressenti des élèves, il propose une analyse collective sur la portée de cet exercice et sa transposition dans la vie réelle. L’exercice montre ainsi que nous répondons toujours à plusieurs critères, et que, selon leur choix, nous sommes en dedans ou en dehors du groupe.

Source : Dossier pédagogique « Demain le monde… les migrations pour vivre ensemble ».

Étape 2 : Préparation du jeu de rôle (5 mn)
L’enseignant présente l’objectif du jeu : le préfet a réuni différents acteurs de la ville pour répondre à une situation de crise. Chaque personnage va devoir convaincre le préfet de la justesse de sa position afin qu’il prenne la bonne décision.
Il répartit la classe en 6 groupes et distribue les cartes Personnage. Chaque groupe incarne un personnage ; il devra choisir un porte-parole.

L’enseignant endosse le rôle du préfet, qui est aussi l’animateur du débat. Les autres rôles sont les suivants :
• Le serrurier
• Le directeur de l’école
• Le responsable d’une association de logements « passerelles »
• Un représentant d’une association d’aide aux étrangers
• Le commissaire de police
• Une voisine

Étape 3 : Phase d’appropriation (10 mn)
Chaque groupe d’élèves s’approprie sa carte Personnage.

Étape 4 : Déroulement de la réunion (20 mn)
1) Présentation de la situation par le préfet (lecture de l’annexe 1).
2) Ouverture de la réunion par le préfet qui présente les invités et leur demande de prendre la parole.
3) Discussion : chaque personnage intervient pour présenter ses arguments.
4) Rendu de la décision par le préfet.
Pendant la phase de discussion et pour prendre sa décision, le préfet peut demander des compléments d’information à l’un ou l’autre des sous-groupes et faire des synthèses partielles.

Étape 5 : Restitution (15 mn)
Comment chacun a-t-il vécu son rôle ?
Par quelles phases est-il passé ?

Fiche 2 : Omar & Yasmina

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Irma, Maria : solidaires avec les peuples des Caraïbes !

Au cours de leurs passages, les ouragans Irma et Maria ont causé des dégâts considérables dans les Caraïbes. A Haïti et à Cuba, les (...)

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

S’informer

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

20 octobre 2017

Le CCFD-Terre Solidaire engagé pour un traité Onu contre l’impunité des multinationales

« Se battre contre les injustices est dans l’ADN du CCFD-Terre Solidaire ». Carole Peychaud, chargée de plaidoyer Régulation des (...)

20 octobre 2017

Impunité des multinationales : les victimes de ProSavana au Mozambique représentées à l’Onu

Au Mozambique, des entreprises de l’agrobusiness, impliquées dans le projet ProSavana, font passer leurs intérêts avant ceux des (...)