Publié le 25.11.2004 • Mis à jour le 06.02.2013

Campagne "L’europe plume l’Afrique"

Des parlementaires européens interpellent la Commission (25 novembre 2004)

Du 22 au 25 novembre 2004, l’Assemblée Parlementaire Paritaire (APP) a réuni à La Haye (Pays-Bas) des parlementaires européens et des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique). L’occasion pour les parlementaires d’interpeller la Commission européenne (CE) sur ses objectifs et ses actions.

> Louis Michel, commissaire européen pour le développement et l’aide humanitaire, a répondu à la question des exportations de poulets congelés en Afrique de l’Ouest.

Plusieurs députés européens* ont interpellé à différents degrés Louis Michel sur la question des exportations de poulets. Ont été notamment abordés le problème sanitaire posé par ces exportations, la question de la cohérence des politiques commerciales et de développement de l’UE et ceci plus particulièrement dans la négociation des Accords de Partenariat Economique (APE).
Les réponses de la Commission européenne, tout en reconnaissant le problème, ont consisté à déresponsabiliser l’UE sur cette question. Les organisations signataires du communiqué contestent cette attitude, même si elles reconnaissent que les responsabilités sont partagées.

> Succès pour la table ronde sur les exportations de poulet organisée par les ONG

Sous la présidence du parlementaire Galher, et co-animée par le parlementaire Schlyter, la table ronde a réuni des parlementaires européens et ACP, des diplomates, des représentants de la Commission européenne, d’organisations régionales telles que la CEDEAO** et de la société civile du Nord et du Sud, soit près de 100 participants.
Après un exposé de la situation et des méfaits des importations de poulets congelés au Cameroun par le président de l’ACDIC***, les échanges ont été nourris et ont permis de souligner les différents aspects du problème.

Le président du parlement de la CEDEAO, M. Diallo, a estimé que l’augmentation des importations était synonyme d’appauvrissement, en insistant sur l’importance de renforcer la production locale pour répondre à la demande. Un parlementaire du Bénin, a noté la part de responsabilité des pays africains dans cette situation mais a aussi déploré le peu d’empressement de la CE à rechercher des solutions. Marie-Hélène Aubert, parlementaire française, a fait, avec d’autres, le lien avec la situation des aviculteurs en Europe et a plaidé pour le droit à une protection effective des marchés agricoles.
Les représentants de la Commission ont répondu sur ces différents points en reprenant les arguments développés par
M. Michel. Ils ont notamment présenté les APE comme le cadre idéal pour renforcer la compétitivité des filières locales.

> Des réponses insuffisantes qui appellent à poursuivre la mobilisation

Si tous reconnaissent divers niveaux de responsabilité, les associations souhaitent cependant rappeler que :

  • L’UE se doit de garantir la qualité des produits qu’elle exporte jusqu’au consommateur final, ce qui implique de prendre en compte les contraintes liées au contexte des pays en développement (PED) (insuffisances de la chaîne du froid).
  • les règles commerciales internationales existantes ne permettent pas aux PED de faire face aux importations massives et destructrices de leur propre production. Il est donc essentiel que les négociations multilatérales ou régionales, en cours ou à venir, permettent la protection des marchés agricoles de ces pays, l’agriculture représentant un secteur crucial pour leur développement. Développer la production locale est le meilleur moyen de répondre à la demande des consommateurs pauvres, tout en limitant l’augmentation de la pauvreté.
  • les PED sont également soumis à des contraintes et des conditionnalités de la part d’institutions financières, de bailleurs ou de partenaires commerciaux. Leur souveraineté dans le choix de leurs propres politiques de développement devrait être garantie au sein de tous les espaces de négociation qu’ils soient multilatéraux ou bilatéraux.

Les associations organisatrices de la table ronde ont apprécié la richesse du dialogue engagé. Elles souhaitent poursuivre ces échanges, notamment dans le cadre des négociations en cours des APE. La prochaine session de l’APP, qui aura lieu en avril 2005 à Bamako (Mali), sera l’occasion de faire un nouveau point.

* Au cours du débat, Michael Gahler (député allemand), Carl Schlyter et Anders Wijkman (députés suédois) sont en effet intervenus sur cette question.
** Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest
*** L’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

1er février 2017

Bénin : « Aidons les enfants à échapper à la traite »

FDM n°297

La traite d’enfants touche les jeunes Béninois les plus pauvres du pays. Face à ce phénomène, Sin Do, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)

11 juillet 2016

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes (vidéo)

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

S’informer

11 October 2018

UN Treaty on transnational corporations and human rights: the moment of truth for France?

On 26 June 2014, the United Nations Human Rights Council established an intergovernmental working group to draw up ‘an international (...)

8 octobre 2018

Traité ONU sur les entreprises transnationales et les droits humains : l’heure de vérité pour la France ?

Le 26 juin 2014, le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies a établi un groupe de travail intergouvernemental afin « d’élaborer un (...)

21 septembre 2018

Le projet de loi PACTE ne réconcilie pas l’entreprise avec les citoyens (communiqué)

La proposition de loi Pacte qui va être examinée à partir du 25 septembre par l’Assemblée nationale ne permet ni de réconcilier l’entreprise (...)