Publié le 13.07.2006 • Mis à jour le 29.06.2012

Elections en RDC – Nouvel assassinat d’un journaliste
Pas de démocratie sans Etat de droit

13 juillet 2006 Le Réseau France-Afrique centrale dénonce les atteintes à la liberté de la presse.

Le Réseau France Afrique centrale demande :

Au gouvernement de la RDC de remplir ses obligations internationales en appliquant la Déclaration de l’ONU sur le droit de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales, notamment en garantissant que les enquêtes sur les meurtres de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme, et le procès de leurs auteurs et commanditaires seront menés à bien rapidement et conformément aux normes internationales.

Aux missions diplomatiques de l’Union européenne et de ses Etats membres – notamment la France – de promouvoir et encourager le respect des droits humains en mettant en œuvre les orientations de l’Union européenne concernant les défenseurs des droits de l’homme, notamment en dénonçant les exactions commises à leur encontre.

En République démocratique du Congo, des défenseurs des droits humains et des journalistes sont régulièrement victimes d’intimidations, de menaces de mort, d’agressions physiques, de détention arbitraire, de mauvais traitements voire de tortures, de la part de dépositaires de l’autorité gouvernementale ou locale ou de membres de groupes armés.

Au cours des douze derniers mois, les défenseurs des droits de l’homme Pascal KABUNGULU KIBEMBI (ONG Héritiers de la Justice, Bukavu) et Polycarpe MPOYI NGONGO (ONG Solidec-Kasaï, Mbuji-Mayi) ainsi que les journalistes Franck NGYKE (La Référence Plus) tué avec son épouse Hélène MPAKA et, le 8 juillet dernier, MUAMBA BAPUWA (indépendant), ont été assassinés par des hommes armés, identifiés ou non comme des éléments des forces de l’ordre.

Ce dernier acte odieux choque particulièrement les ONG françaises qui ont plus d’une fois rencontré et apprécié l’ancien collaborateur de Jeune Afrique Economie dont l’engagement ne compromettait ni la déontologie ni le professionnalisme. Notre inquiétude est de plus en plus vive de voir la situation s’aggraver encore dans le climat très tendu de la période électorale en cours.

Nous rappelons le rôle essentiel que jouent les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes dans la promotion des droits humains et de l’Etat de droit : aucune avancée vers davantage de démocratie et vers une stabilité et une paix durables ne peuvent être espérées si leur liberté de parole et d’action n’est pas protégée.

La Déclaration du 9 décembre 1998 de l’ONU sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales, reconnaît à chacun « le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de soumettre aux organes et institutions de l’Etat […] des critiques et propositions touchant l’amélioration de leur fonctionnement », et oblige le gouvernement de la RDC à prendre les mesures nécessaires pour protéger ces acteurs « de toute violence, menace, représailles, discrimination, pression ou autre action arbitraire ».

Quant à l’Union européenne, ses orientations adoptées en juin 2004 concernant les défenseurs des droits de l’homme assignent aux missions diplomatiques de l’UE et de ses Etats membres un rôle important dans la promotion d’un environnement favorable à leur action.


Sont membres du Réseau France Afrique centrale les organisations suivantes : `
ACAT / France,
Amnesty International / Section française,
CCFD,
Cimade,
Comité d’Echanges Isère-Kivu,
Comité de Jumelage de Villefontaine,
Consultants du Monde,
COSI,
CRID,
France Université Butembo,
Frères des Hommes / France,
Ingénieurs d’Agriculture sans Frontières,
Karibu,
Médecins du Monde,
Secours catholique - Caritas / France,
WIMA-Isère.

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

1er février 2017

Bénin : « Aidons les enfants à échapper à la traite »

FDM n°297

La traite d’enfants touche les jeunes Béninois les plus pauvres du pays. Face à ce phénomène, Sin Do, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)

15 novembre 2013

RDC : la lutte pour une gestion équitable et durable des ressources naturelles

La Commission épiscopale pour les ressources naturelles (Cern) travaille depuis 2007 à sensibiliser la population et les institutions à (...)

S’informer

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

13 June 2018

Au Tchad : la société civile s’organise pour construire la paix

Le Tchad est rongé par les tensions intercommunautaires construites et instrumentalisées par des leaders politiques et religieux. La (...)

20 April 2018

Au Niger : demande de libération immédiate pour les représentants de la société civile arrêtés

Au Niger, deux vagues d’arrestations viennent de cibler des acteurs de la société civile protestant contre la nouvelle loi de finance 2018 (...)