© Dinuka Liyanawatte/Reuters
Jeudi photo, Souveraineté alimentaire, Sri Lanka

Sri Lanka : l’enfer de la crise #JeudiPhoto

Publié le 14.04.2022| Mis à jour le 19.04.2022

Confronté à une crise économique et politique sans précédent, le Sri Lanka s’est déclaré en faillite ce mardi 12 avril. Portons notre regard sur la population, plongée dans la misère, qui s’unit pour exiger la démission des frères Rajapaksa au pouvoir.

© Dinuka Liyanawatte/Reuters
Station essence à Colombo, Sri Lanka. 21 mars 2022. © Dinuka Liyanawatte/Reuters

Nous sommes à Colombo, sur le parking d’une station-essence prise d’assaut. Cette famille srilankaise tente de s’abriter de la chaleur battante sous le peu d’ombre qu’offre leur tuk-tuk. Les bidons vides dans les mains, ils attendent, comme beaucoup d’autres, de pouvoir se procurer du kérosène pour alimenter leur cuisinière domestique. S’il en reste dans les pompes…

Le désarroi et la fatigue sur leurs visages témoignent de la misère qui frappe les 22 millions d’habitants de l’île. Depuis plusieurs semaines, les Sri Lankais vivent au rythme des coupures d’électricité, de l’inflation galopante et des pénuries qui s’allongent. Faute de médicaments, les hôpitaux peinent à assurer leurs soins. Faute de denrées alimentaires, les populations ont du mal à se nourrir. Faute de carburant, les tuk-tuks roulent à la force des bras.

Le Sri Lanka vit sa pire crise économique depuis son indépendance en 1948. Celle-ci n’a cessé de s’accroître depuis deux ans jusqu’à propulser, récemment, le pays vers la faillite et une grave crise politique. L’État n’a plus assez de stock en devises étrangères pour assurer les importations nécessaires. Il se retrouve en défaut de paiement de sa dette extérieure qui s’élève à 51 milliards de dollars.

La crise actuelle résulte, notamment, de la désertion des touristes après les attentats de 2019 ; suivie de deux années de pandémie ; et des conséquences récentes de la guerre en Ukraine qui prive l’île de ses fidèles touristes russes et ukrainiens. Autant de coups durs pour un pays qui vit principalement du tourisme. À cela, s’ajoute une série de mesures politiques jugées catastrophiques depuis le retour au pouvoir de la famille Rajapaksa en 2019.

Depuis la nuit du 31 mars, la colère populaire s’élève dans les rues de la capitale pour exiger la démission du Président Gotabaya Rajapaksa et de son frère, le Premier Ministre Mahinda Rajapaksa. Chrétiens, hindous, musulmans, bouddhistes, membres de l’opposition… Toutes et tous s’unissent contre le pouvoir qui avait fondé son triomphe sur la division ethnique du pays. Aujourd’hui, le clan Rajapaksa n’est plus le héros des Cingalais et le bourreau des Tamouls : il est la bête noire de tout un pays qui menace de s’effondrer et de plonger dans la famine.

L’avenir du pays est incertain. Il repose en grande partie entre les mains du Fonds Monétaire International (FMI) et de ses principaux bailleurs de fonds : la Chine et l’Inde. Nous partageons l’inquiétude de nos partenaires mobilisés dans la rue et nous adressons toutes nos pensées et notre soutien au peuple srilankais.

Lire aussi :

Au Sri Lanka : défendre les pêcheurs face à l’accaparement des mers

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne