Numéro 275 Juin-Juillet 2013

 

Paraguay : Une entrave au processus démocratique

Marielle Palau, sociologue et membre du centre de recherches sociales Base IS, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, reconnaît que le retour au pouvoir du Parti Colorado pourrait représenter un danger pour la démocratie. Mais estime que les avancées démocratiques et sociales acquises sous Fernando Lugo Mendez pourront difficilement être remises en question.

Auteur(s) : Jean-Claude Gerez
Mots-clés :

FDM : Alors que le Paraguay a élu son nouveau président, quel regard portez-vous sur le mandat de son prédécesseur, Fernando Lugo Mendez ?
Marielle Palau : L’élection de Fernando Lugo Mendez, en avril 2008, a constitué un tournant symbolique dans l’histoire du pays puisqu’elle a entraîné la défaite du Parti Colorado et permis une alternance politique après plus de soixante années de parti unique. Cette élection a surtout été marquée par les immenses attentes des milieux populaires dans les domaines sociaux, économiques et politiques. Mais Fernando Lugo Mendez n’a pas disposé d’une majorité au Parlement et a été obligé de gérer le pays avec un gouvernement très hétéroclite, allant de la gauche au Parti libéral.

La réforme agraire constituait la principale promesse de campagne de l’ancien président. Pourquoi n’a-t-elle pas été réalisée ?
C’est effectivement son principal échec. Outre les tiraillements internes au gouvernement, il a dû affronter, dès le début de son mandat, les énormes résistances et pressions exercées par les grandes entreprises de l’agrobusiness, stratégiques pour l’économie du pays. Cette absence de réforme agraire est d’autant plus dommageable que le thème de la terre est central dans ce pays où l’agroindustrie avance chaque année de 250 000 hectares et pousse des dizaines de milliers de petits paysans dans la pauvreté. Très rapidement, les militants favorables à cette réforme ont pris conscience qu’elle serait difficile à réaliser. Malgré certaines mesures, notamment celle limitant le développement des cultures transgéniques, l’ambiguïté du gouvernement quant à sa volonté réelle de l’imposer est vite apparue.

C’est un conflit lié à la terre qui a engendré la destitution de Fernando Lugo Mendez le 22 juin 2012.
Le massacre de dix-sept personnes, dû à des affrontements entre des civils et des
policiers, venus expulser des paysans sans terre installés dans la propriété d’un homme d’affaires, est encore aujourd’hui l’objet de beaucoup d’interrogations concernant ses véritables protagonistes. En attendant, le président a été tenu responsable et destitué de manière très controversée par les deux principales forces politiques, le Parti Colorado et le Parti libéral, dont le leader, vice-président de Fernando Lugo, va assurer l’intérim du pouvoir jusqu’au 15 août, date de l’intronisation d’Horacio Cartes. Il s’agit ni plus ni moins d’un « coup d’État parlementaire », qui a d’ailleurs provoqué l’exclusion du Paraguay pendant près d’un an des instances continentales, comme le Marché commun du Sud (Mercosur) et l’Union sud-américaine des nations (Unasur).

Pourquoi ses opposants n’ont-ils pas attendu la fin de son mandat, sachant qu’il ne pouvait pas, constitutionnellement, en briguer un second ?
Il s’agit d’un coup d’État « préventif » ! Car, si les promesses de campagne n’ont pas été toutes tenues, Fernando Lugo Mendez a tout de même jeté les bases d’une nouvelle pratique démocratique. Il a tenté d’associer le plus possible les organisations sociales dans le cadre d’une politique participative. Il a également ouvert de nombreux droits sociaux aux plus démunis et développé un meilleur accès à l’éducation et à la santé. Même si, pour se maintenir au pouvoir, il est resté au centre de l’échiquier politique, il a quand même incarné une alternative économique et sociale crédible, susceptible de durer. Cela représentait un danger pour le Parti Colorado et le Parti libéral.

Dans ce contexte, que représente le retour du Parti Colorado au pouvoir ?
Cette élection présidentielle a été vécue par beaucoup comme un second coup d’État, car elle a légitimé la destitution arbitraire de Lugo Mendez, élu au suffrage universel. On ne peut pas exclure un risque important de conflits sociaux dans les mois à venir, mais je pense que les avancées démocratiques et sociales acquises sont durablement inscrites dans le temps.

Article mis en ligne le 20 décembre 2013

S’informer

23 avril 2015

Les enjeux de l’élection présidentielle au Togo

D’ici à la fin du mois d’avril, les Togolais seront appelés aux urnes pour l’élection présidentielle. 88 % d’entre eux n’ont connu que la (...)

2 avril 2015

Rapport : En Afrique comme ailleurs pas de démocratie sans alternance !

Ce rapport est l’oeuvre collective d’une dizaine d’auteurs, en France et en Afrique dont le CCFD-Terre Solidaire. Il a grandement (...)

20 décembre 2013

Paraguay : les droits sociaux menacés ?

FDM n°275

Élu président du Paraguay le 21 avril, Horacio Cartes, 56 ans, a assuré qu’il ferait de la lutte contre la pauvreté une priorité de son (...)

Nos projets

26 mai 2015 ASB

Accompagner les jeunes burundais dans le processus électoral

Depuis plus de 30 jours, le Burundi connait une grave crise politique. La volonté du Président Pierre Nkurunziza de se représenter pour un (...)

20 décembre 2013 Jean-Claude Gerez

Paraguay : Une entrave au processus démocratique

FDM n°275

Marielle Palau, sociologue et membre du centre de recherches sociales Base IS, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, reconnaît que le (...)

29 avril 2013 Decidamos

Paraguay : des élections sous les yeux de la jeunesse

Dimanche 21 avril 2013, Horacio Cartes a été élu président de la république du Paraguay. Ce scrutin, intervenu huit mois après la (...)