Un avenir sans faim

Publié le 06.01.2017 • Mis à jour le 28.02.2017

En Indonésie, une riziculture écologique et deux fois plus productive pour les paysans

Grâce à une méthode de riziculture intensive mise au point à Madagascar, les cultivateurs de riz parviennent à augmenter considérablement leurs rendements, tout en préservant les sols et les ressources en eau. Exemple en Indonésie, où des villageois, accompagnés par des organisations paysannes partenaires du CCFD-Terre Solidaire, ont renforcé leur souveraineté alimentaire.

Des récoltes deux fois plus importantes qu’avec la méthode conventionnelle, à superficie cultivée égale, avec moins d’eau consommée et moins de semence utilisée : les bénéfices du SRI - Système de riziculture intensive - sont très convaincants.

À Sadono, situé en altitude dans la région de Yogyakarta, sur l’île indonésienne de Java, les rizières qui ont été converties il y a cinq ans au SRI, parviennent à des récoltes de 8 à 12 tonnes de riz par hectare contre 4 à 5 t/ha auparavant, parfois plus qu’un doublement !

Dans ce hameau, les paysans ont été inclus dans un programme mené par Rukun Tani Indonesia (RTI) - Coopératives paysannes pour l’Indonésie - un collectif membre de la Koalisi Perbaruan Agraria (KPA)- la Coalition pour la réforme agraire - partenaire du CCFD-Terre solidaire à Jakarta.

Ce village de Gunung Kidul met en œuvre la méthode de riziculture intensive

Un projet pilote a tout d’abord donné aux riziculteurs un aperçu des avantages de la méthode, avant qu’ils ne l’adoptent collectivement à la suite d’un processus de préparation soigné qui les a mis en confiance. Ainsi n’ont-ils pas été découragés par une première récolte « SRI » médiocre en 2011, un semi-échec attribuable à une maîtrise insuffisante des nouvelles pratiques. L’année suivante, le SRI a donné pleine satisfaction.

Cette méthode a été découverte par hasard en 1983 à Madagascar, dans un village touché par des circonstances climatiques difficiles et alors que la superficie de terres cultivables manquait. Des premières constations très encourageantes ont conduit le prêtre jésuite agronome Henri de Laulanié à développer et à formaliser les découvertes empiriques en une nouvelle technique de riziculture. [1] « Elle est aujourd’hui assez répandue en Indonésie », témoigne Rudi Casrudi, animateur à l’association RTI, et qui a accompagné la mutation des riziculteurs du hameau de Sadono.

Des plants plus espacés mais plus productifs

Tout d’abord, les jeunes plants de riz sont transplantés très tôt de leur pépinière — dès qu’ils disposent de deux feuilles, soit entre 15 et 18 jours pour les terres d’altitude (5 jours seulement en cultures côtières) —, contre 30 jours en conventionnel. Ensuite, au lieu de les replanter en bouquets dans les rizières, ils sont remis en terre brins par brins, et espacés de 20 centimètres, au lieu de 12 centimètres. Le sol est à peine humide, et non pas détrempé comme en riziculture inondée. Plus besoin d’en passer par l’étape postérieure d’élimination d’une partie des plans, destinée à ne conserver que les plus vigoureux : c’est une réelle économie de semence.

L’association malgache Tefy Saina, qui œuvre pour l’agroécologie dans la lignée des travaux du père de Laulanié, a effectué de nombreuses évaluations. Sur un même champ, un plan SRI livre plus de 70 tiges dotées d’un réseau racinaire très touffu, contre 6 tiges seulement en conventionnel, et faiblement enracinées. En 2003, un paysan est parvenu au record de 23,8 t/ha dans le village de Soatanana Apôstôly. À surface cultivée égale, concluait l’agronome jésuite, la production de riz malgache pourrait aisément… quadrupler !

La technique, qui a suscité des études de spécialistes étrangers, s’accompagne d’une gestion soigneuse de l’eau et d’une attention particulière à l’entretien de la fertilité des sols. Le SRI, méthode basée sur des principes écologiques, a recours au compostage naturel - à base de la paille de riz broyée notamment - et à des fumures adaptées. Elle nécessite aussi plus de travail et une formation solide pour les paysans.
À Sadono, les pesticides sont très largement remplacés par une décoction naturelle à base d’eau de cuisson de riz et d’un fruit local très amer. « L’esprit du SRI, c’est la résistance à la Révolution verte [2] et à ses méthodes industrielles », commente Rudi Casrudi.

Cinq ans après l’adoption du SRI, les bénéfices économiques sont nets pour les villageois. Et en priorité sur le plan de la souveraineté alimentaire : le riz est la nourriture de base, et sa culture est essentiellement destinée à l’alimentation familiale [3]. L’augmentation de la production, grâce au SRI, permet parfois aux paysans de vendre une partie de leur riz sur les marchés, même si les prix de cette denrée stratégique sont étroitement contrôlés par le gouvernement.

La relative aisance économique qui en découle détourne quelques jeunes de l’exode rural. « En tout cas, ils retrouvent des facilités dans les villages lorsqu’ils échouent dans leur insertion citadine, constate-t-il. Nous formons certains d’entre eux qui commencent à intégrer les grands principes de l’agroécologie — préparation du sol, compost, développement des micro-organismes, etc. Nous sommes convaincus que la pratique du SRI peut faire reculer la faim dans le monde. »

Patrick Piro

[1Le Père Henri de Laulanié (inventeur de la SRI) a été directeur du CEFAAM - un centre de formation agricole de la région de Mahitsy soutenu longtemps par le CCFD-Terre Solidaire. Le CEFAAM a un été un des premiers centres à Madagascar a avoir formé des paysans malgaches à la SRI et le CCFD-Terre Solidaire a soutenu des bourses d’étude pour permettre à des paysans de suivre ces formations. Les formations agricoles du CEFAAM sont maintenant plus larges que uniquement la SRI, tandis que la méthode s’est propagée au-delà du pays.

[2Politique agricole popularisée à partir des années 1970 visant à faire décoller les rendements dans les pays du Sud, et combinant des variétés hautement productive, des intrants chimique ainsi que l’irrigation. Les espoirs initiaux ont été largement démentis : la « Révolution verte » a souvent démantelé l’agriculture paysanne vivrière, augmenté l’insécurité alimentaire et dégradé l’environnement

[3La consommation annuelle atteint 139 kg par Indonésien en moyenne, contre… 4 kg par ménage en France

Nos projets

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017 Assesoar

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

10 janvier 2017 ITECA , Concert’Action

Trois mois après l’ouragan, des nouvelles d’Haïti

Les 3 et 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté Haïti. Vous avez été nombreux à manifester votre solidarité avec les Haïtiens en (...)

S’informer

29 avril 2017

Burkina Faso : La Copagen publie son rapport "Le coton Bt et nous - La vérité de nos champs"

A l’occasion des Rencontres internationales des résistances (RIR) aux OGM, qui se tiennent à Lorient en France du 28 au 30 avril, la (...)

20 avril 2017

8ème Forum social pan amazonien : "Nous sommes la forêt"

Du 28 avril au 1er mai 2017 aura lieu la 8ème édition du Forum social pan amazonien. Y participeront plusieurs partenaires du CCFD-Terre (...)

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)