Un avenir sans faim

Publié le 05.09.2006 • Mis à jour le 09.05.2016

MADA s’est engagé dans l’aide aux populations affectées par la guerre et ses conséquences

La guerre de l’été 2006 a balayé tous ces projets et renvoyé la population à l’urgence et aux besoins les plus élémentaires : se loger, se nourrir, reconstituer les familles. MADA ne pouvait que s’impliquer dans cette nécessaire solidarité.

Partenaire(s) : Mada

L’intervention de MADA durant les bombardements
Dès le début de la guerre, MADA a mis ses ressources disponibles au service des personnes déplacées et a pris des initiatives pour répondre aux situations inédites, aux besoins primordiaux dans un contexte de chaos. MADA a en particulier : · contribué à mettre en place un recensement de tous les centres et les familles pouvant accueillir des personnes déplacées et évaluer leurs besoins de base (hygiène, santé, nourriture) afin de leur apporter les aides nécessaires ou diriger les organismes de distribution vers ces lieux d’accueil · mis en place une centrale téléphonique et une base de données pour faciliter des recherches entre les familles éclatées, égarées dans cet exode chaotique · apporté de l’aide à des familles déplacées dans les régions de Jbeil, Hermel ainsi qu’à des familles qui sont restées dans la banlieue sud malgré les bombardements · mis également en ouvre dans huit écoles un programme d’assistance psychologique aux enfants déplacés.

L’intervention de Mada dans la phase de réinstallation des familles dans leurs villes et villages
La situation au Sud est très instable et les mouvements de population sont encore quotidiens. Cela entraine des bouleversements rapides de la situation humanitaire et force à une très grande réactivité. Les familles déplacées ont regagné leurs villes et villages souvent dévastés, ou quasiment aucune ong, hormis la Croix rouge, n’est présente.

Mada oriente désormais ses actions vers le Sud-Liban, en partenariat avec le collectif d’ong Samidoun, et en appui à une quinzaine de municipalités (Aita el Shaeb, Shahabieh, Biflah, Mazret Mechref, Marhouna, Deir Amass, Baal, Siha, Khadouma, Shour, Khirket el silim, Srifa, Deir Qamou) et des organisations communautaires locales et réalise notamment : · l’acheminement de vivres et de médicaments (qui nécessite l’achat d’essence) · l’installation d’un système de communication entre les différents villages afin d’améliorer les contacts avec les services municipaux . l’évaluation des besoins des populations dans ces municipalités.

Le site de MADA La présentation de MADA

Nos projets

19 avril 2017

Victimes de la sécheresse et de Boko Haram, les éleveurs du lac Tchad appellent à la solidarité

Dossier : La faim guette les populations fragilisées par les crises politiques en Afrique

Dans un environnement déjà fortement fragilisé par la sécheresse, les populations de la région du Lac Tchad sont soumises aux violences et (...)

10 janvier 2017 ITECA , Concert’Action

Trois mois après l’ouragan, des nouvelles d’Haïti

Les 3 et 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté Haïti. Vous avez été nombreux à manifester votre solidarité avec les Haïtiens en (...)

7 octobre 2016

Ouragan Matthew, solidaire avec le peuple haïtien

Alors qu’Haïti se relevait péniblement de l’impact du terrible séisme de 2010, le pays vient d’être frappé les 3 et 4 octobre 2016 par le (...)

S’informer

3 mai 2017

Tchad – Demande de libération immédiate pour les deux activistes torturés pendant leur détention en secret

Les autorités tchadiennes doivent immédiatement libérer deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en (...)

14 avril 2017

Témoignage de Mgr Muyengo, évêque d’Uvira au Sud Kivu (RDC)

298 Mars-Avril

Nommé depuis décembre 2013 évêque d’Uvira, âgé de cinquante-huit ans, dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), (...)

13 avril 2017

En Birmanie, les violences contre les minorités ethniques continuent

298 Mars-Avril

Après plus de 60 années de conflit armé avec ses minorités ethniques, la Birmanie s’est engagée dans un processus de paix. Il y a urgence, (...)