Un avenir sans faim

Publié le 03.09.2008 • Mis à jour le 11.03.2016

L’épargne solidaire sert à tout : acheter une vache, créer une école, ouvrir une pâtisserie ou une boutique de mode…

La SIDI est spécialisée dans l’appui financier et technique à des structures financières de proximité de crédit à la micro-entreprise.

L’objectif ? promouvoir le développement d’activités économiques pérennes et créer un tissu de solidarité dans des pays où une majorité de la population est exclue du système bancaire traditionnel.

Les partenaires
Au Maroc, la SIDI appuie depuis cinq ans déjà l’Association marocaine de solidarité sans frontières ou AMSSF. Les valeurs de l’association, basée à Fez, se reconnaît six grandes valeurs :
- L’offre de services de qualité et de proximité aux micro entrepreneurs,
- Le renforcement du sentiment d’appartenance à l’Association et la solidarité,
- La valorisation de la femme (86% des bénéficiaires sont des femmes et 56% du personnel)
- La lutte contre la fraude, la corruption et la prostitution,
- La valorisation des habitants des régions touchées,
- La transparence vis-à-vis des clients et des bailleurs de fond. Deux ans plus tard, la SIDI accompagne Al Amana.

Numéro un du microcrédit en Afrique, Al Amana compte 500 000 clients et envisage de doubler le nombre de bénéficiaires d’ici à 2011. En 2007, la SIDI renouvelle son précédent prêt. Cette avance de trésorerie a favorisé le développement de deux activités : les prêts individuels ou solidaires, qui lient les contractants entre eux en cas de défaillance d’un des membres, et les prêts pour l’amélioration des logements. Par ailleurs, la SIDI, qui a initié des formations, sur la notion de viabilité sociale des projets et sur le thème de la gouvernance, participe aux instances de décision d’Al Amana : Conseil d’administration, bureau exécutif, commission Audit et finances... « La qualité de leurs apports intellectuels et managériaux a contribué fortement à enrichir notre réflexion au sujet de ses principaux chantiers stratégiques et à développer d’une vision ouverte sur les expériences d’institutions et de pays pratiquant la micro finances de par le monde », explique Salma Kadiri, chef du département financier de l’association. Au vu des expériences étrangères, Al Amana souhaite aujourd’hui changer de statut pour pouvoir étoffer son offre de services auprès de ses clients : produits d’épargne, d’assurances....

Le projet
Afin d’aider les emprunteurs à mieux valoriser leurs produits, la SIDI a signé, en 2008, une convention de coopération avec Zakoura. Cette fondation compte 400 000 clients. « Notre objectif est de permettre aux bénéficiaires de développer leur activité et d’en retirer un meilleur revenu. Ne sachant pas vendre leurs marchandises, ils se font régulièrement gruger par des intermédiaires », explique Leila Akhmisse, directrice des études et du développement de Zakoura. Déjà présente en milieu rural, la fondation dispose dans sa base de données de coordonnées d’emprunteurs pouvant être intéressés par cette action. Cette liste a en outre été enrichie grâce à la SIDI qui y a ajouté un certain nombre de coopératives. S’inspirant des démarches du commerce équitable, les partenaires veulent créer des filières allant de la production à la vente. « Grâce à la SIDI, nous allons rencontrer différentes entreprises actives dans le domaine des produits équitables en France et en Belgique », se félicite Leila. De nouveaux circuits de commercialisation (boutiques spécialisées, hôtels...) pourraient aussi être mis en place. « Nous avons engagé un programme de sensibilisation auprès des bénéficiaires potentiels. Nous les accompagnons dans leur réflexion sur les efforts à entreprendre en matière de qualité, de prise en compte des attentes du marché, de packaging... », ajoute la responsable. Une première expérimentation sera conduite dans trois régions pilotes, auprès de trois coopératives. « Nous allons pouvoir nous appuyer sur l’expertise de la SIDI dans ce domaine », souligne la directrice des études et du développement. Un technicien agricole vient d’ailleurs d’être recruté par Zakoura pour suivre ces projets ambitieux : « Il ne sert à rien d’accorder sans arrêt de nouveaux prêts si parallèlement, aucune réflexion n’est engagée sur la manière dont ses investissements sont utilisés pour accompagner une montée en gamme. Il faut innover pour que ces produits se différencient des fabrications industrielles ou importées de pays comme la Chine où le coût de la main-d’œuvre est moins onéreux », conclut Leila.

Adil BINA, agent de crédit de AL AMANA, rend visite à un client qui vend du petit matériel électrique et des cages d'oiseaux dans l'ancienne médina de Rabat. Adil BINA vient ensuite soutenir une cliente de AL AMANA, Fatima KANSAB, 60 ans. Elle fabrique des crêpes dans sa petite sa petite maison du quartier de l'Océan, à Rabat. Moyen Atlas et du Nord (70% de l'encours). Dans l'agence de Beni Mellal de l'AMSSF, 4 femmes appartenant au même groupe solidaire sollicitent un prêt. Les choses sérieuses commencent : une agent de crédit de l‘AMSSF, remet l'argent d'un prêt. Une école primaire privée, dans la petite ville de M'rirt, dans le Moyen Atlas, à 30 kilomètres de Kenitra. Elle fonctionne grâce ce au prêt de l'AMSSF. La directrice, Aziza Saadaouy, qui a obtenu le prêt de l'AMSSF, avec l'institutrice. Malika BELAACHIR, 45 ans, paysanne de la région d'Azrou, a acheté sa vache grâce au microcrédit d'AMSSF. Un reportage photo de Alain Pinoges - Juin 2008 Ces deux fassis, Hajati HASNA, à droite, et Fatima MALKI, à gauche, ont acheté leur boutique de vêtements grâce au prêt rêt solidaire de l'AMSSF, soutenue par la SIDI. Au centre, Nordine AMINAR, leur agent de crédit d'AMSSF à Fez. 4 autres femmes de Beni Mellal, réunies elles aussi dans un groupe solidaire, ont obtenu un prêt de 14500 dirhams (1400 €)

Nos projets

21 août 2017 Kuchub’al

Au Guatemala, les petits producteurs s’émancipent (témoignage)

La communauté La Florida au Guatemala produit du chocolat, du café et de nombreux produits agricoles. Après avoir conquis leurs terres, (...)

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

S’informer

15 septembre 2017

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

30 mai 2017

Lettre ouverte d’associations et institutions à Monsieur le Président Emmanuel Macron

À l’occasion de la refonte de la Directive européenne Accueil qui sera votée en juin prochain, nous demandons à ce que, conformément à la (...)

1er février 2017

« Aidons les enfants à échapper à la traite »

FDM n°297

La traite d’enfants touche les jeunes Béninois les plus pauvres du pays. Face à ce phénomène, Sindo, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, met (...)