Publié le 16.10.2017 • Mis à jour le 11.01.2018

10 ans après les émeutes de la faim, où en sont les engagements internationaux ? (rapport)

Dans son rapport intitulé « La faim justifie les moyens ! », le CCFD-Terre Solidaire constate la montée de l’insécurité alimentaire dans le monde depuis les émeutes de la faim de 2007. Pourtant les Etats s’étaient engagés à lutter contre les causes de la faim. Pourquoi leurs actions ne se concrétisent-elles pas ?

Il y a dix ans, l’envolée des prix agricoles provoque des crises alimentaires majeures à travers le monde et des manifestations appelées « émeutes de la faim » dans 38 pays en Afrique, en Amérique Latine et en Asie.

L’ampleur et le caractère mondial des crises de 2007-2008 remettent la faim sur le devant de la scène médiatique et politique. La communauté internationale multiplie les engagements de lutter contre les causes de la faim et les annonces.

Une décennie après les émeutes de la faim, le rapport du CCFD-Terre Solidaire dresse un état des lieux préoccupant.

Au Burkina, une "banque à grains" mise place par la coopérative Viim Baore permet aux paysans de passer les périodes de soudure
Au Burkina, une "banque à grains" mise place par la coopérative Viim Baore soutenue par le CCFD-Terre Solidaire permet aux paysans de passer les périodes de soudure © Patrick Piro CCFD-Terre Solidaire

L’insécurité alimentaire augmente dans le monde

Les conclusions sont claires : nous n’avons pas réduit de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde. Et les chiffres de la FAO publiés en septembre 2017 vont dans ce sens : ce sont encore 815 millions de personnes qui sont concernées.
Pire, la malnutrition sous ses différentes formes témoigne d’une montée de l’insécurité alimentaire dans le monde.

Aujourd’hui, c’est une personne sur trois qui n’a pas accès à une alimentation équilibrée, saine et durable.


Une hausse inexorable des prix agricoles et alimentaires

Au-delà des pics des prix, l’évolution de l’indice des prix FAO montre une inexorable tendance à la hausse. Entre 2000 et 2012, il a augmenté de 152%, et en 10 ans (entre 2007 et 2017), il n’est jamais retombé en dessous de la barre indicielle de 160 franchie en 2007.

Un pic historique des prix a ainsi été atteint en 2011, enregistrant une hausse de 80 % depuis 2006.

Le rapport indique ainsi que malgré des efforts, les principaux enjeux, pourtant identifiés par la communauté internationale lors des crises alimentaires de 2007-2008, restent d’actualité.


Dans le rapport, le CCFD-Terre Solidaire recommande aujourd’hui aux Etats de :

- Réaffirmer la primauté du Comité sur la Sécurité Alimentaire Mondiale comme principal espace de gouvernance, comme cela avait décidé après la crise de 2008.
On assiste en effet ces dernières années à une démultiplication des espaces et initiatives de différents niveaux qui impliquent divers acteurs traitant de cette question. Cela nuit à la lisibilité des décisions et génère d’importants risques d’incohérence des politiques menées.

- Lutter contre la volatilité des prix et réguler les marchés agricoles.
Bien que contenus ces dernières années, les prix agricoles sont restés majoritairement bien au-dessus des prix précédant les crises alimentaires de 2007-2008.
La question de la régulation des marchés agricoles est d’autant plus d’actualité que se multiplient les traités de libre échange et autres Accords de Partenariat économique, qui ne permettent pas aux pays de protéger leur agriculture, en particulier dans les pays en développement.

- Investir, oui ! Mais des investissements publics et encadrés. Accaparements de terres, pollution, endettement des paysans… Les impacts négatifs de certains investissements dans l’agriculture sont connus et identifiés.
Ces dernières années des initiatives, insuffisamment cadrées, et reposant largement sur des projets de l’agrobusiness, se sont multipliées.
Résultat : loin de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans les pays, on assiste même à la mise en place d’une concurrence déloyale entre le secteur privé et les paysans, qui produisent pourtant 70% de l’alimentation mondiale.

Alors qu’une personne sur deux pourrait souffrir de malnutrition d’ici 2030, il y a urgence à agir.

Pour le CCFD-Terre Solidaire, la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle suppose une transition et des choix clairs de modèles agricoles et de systèmes alimentaires.

Les Etats doivent réaffirmer leur volonté de lutter efficacement contre les causes structurelles de la faim et de l’insécurité alimentaire et mettre enfin en œuvre les politiques nécessaires et urgentes.

consacre plusieurs articles au rapport dans son édition du 16 octobre, à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation

Pour en savoir plus, télécharger le rapport

S’informer

14 novembre 2018

L’accaparement des terres en violation des droits des populations (Edito)

FDM n°306

Être dépossédé de sa terre, comme le furent les populations noires pendant l’apartheid en Afrique du Sud, est un drame vécu par de nombreux (...)

8 novembre 2018

RDC : 9 villages portent plainte contre une banque de développement allemande (communiqué)

Neuf communautés de la République démocratique du Congo ont accompli un geste historique cette semaine : elles ont porté plainte contre la (...)

19 octobre 2018

Brésil, une démocratie en péril (vidéo)

15 ans seulement après l’espoir suscité par l’élection de Lula, le Brésil a finalement élu Jair Bolsonaro à la tête du pays. Un candidat (...)

Nos projets

30 novembre 2018

Cop 24 : Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)