Francois Héran : “La migration fait partie de nos sociétés”

Publié le 05.04.2022| Mis à jour le 01.07.2022

GRAND ENTRETIEN – François Héran est démographe et sociologue, titulaire de la chaire Migrations et sociétés au Collège de France depuis 2017. Sa longue expérience lui permet d’affirmer aujourd’hui que le débat franco-français sur les migrations est dépassé, la migration faisant partie de nos sociétés. Pour surmonter les fausses idées, il appelle à une rigueur scientifique concernant l’usage des données.

Échos du monde : Quel décentrement de regard vos expériences dans les champs de la sociologie, la démographie, la philosophie peuvent-elles apporter dans le débat public français autour de l’immigration ?

François Héran : Je travaille sur l’immigration depuis longtemps. Mon premier article date de 1976, lorsque, dans le sud de l’Espagne, j’étudiais les ressorts de la migration des Espagnols vers la France. C’était rare pour un chercheur d’étudier les migrations à partir du pays de départ. J’ai donc très tôt été amené à confronter les chiffres de la migration entre eux, les mœurs aux faits, les craintes aux réalités.

Diriger des études démographiques de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) et puis de l’Ined (Institut national d’études démographiques) m’a permis ensuite d’aborder les données migratoires à travers des données démographiques. Au sein de l’Institut Convergences Migrations, créé en 20171 , que je dirige, je constate que beaucoup de jeunes chercheurs, eux-mêmes issus de l’immigration, contribuent à renouveler les perspectives sur les migrations, en appliquant les méthodes scientifiques les plus rigoureuses : l’analyse, la méthode et le doute.

Vous prônez en effet une approche scientifique des migrations : « mesurer, débattre, agir »2 . C’est loin d’être la règle dans le débat politique actuel…

La production de chiffres sur l’immigration s’est considérablement améliorée en quinze ans, permettant d’opérer des comparaisons internationales : l’OCDE (l’Organisation internationale de développement et de coopération économique) rassemble des données précises et harmonisées sur tous les pays occidentaux, et Eurostat, chargé des statistiques européennes, détient de nombreuses données sur la demande d’asile. Ce qui me frappe dans le débat politique actuel sur l’immigration est qu’il est très franco-français. Les comparaisons internationales se font très peu, ou très mal.

Il y a un espoir puisque l’épidémie nous a donné une formidable initiation à la statistique ! On sait maintenant que l’indicateur fondamental pour réaliser des comparaisons dans le temps et dans l’espace, entre des départements ou des pays, est la prévalence pour 100 000 habitants. J’aimerais bien que la même rigueur statistique s’applique à la comparaison des migrations, et qu’on regarde ce que
représente la demande d’asile ou les décisions positives de protection pour un million d’habitants par exemple. Il faut examiner les chiffres en proportion de la population, de la richesse du pays…

La France n’est pas le plus grand pays de l’immigration en Europe, loin de là.

En réalité, notre place est relativement modeste par rapport aux pays scandinaves, à l’Allemagne, même à la Belgique, et surtout par rapport aux pays sur lesquels nous reportons la charge. Je pense à la Grèce, à Chypre, à Malte, qui sont en première ligne proportionnellement à leur population, et subissent, de loin, la pression migratoire la plus forte. Donc mon idée est de rétablir les ordres de grandeur, d’effectuer de véritables comparaisons, de ne pas surestimer, ou sous-estimer, nos problèmes ; en tout cas, de ne pas nous imaginer plus attractifs que nous le sommes.

En décembre dernier, lors d’un voyage à Chypre, le pape François a permis à une douzaine de demandeurs d’asile de rejoindre Rome, à la suite d’un accord entre le Vatican, l’association Sant’Egidio, Chypre et l’Italie. Adresse-t-il un message politique aux pays qui ferment leurs frontières ?

En effet, à Chypre, le pape a fait alliance avec Sant’Egidio3, qui joue un rôle important dans la prise en charge des immigrés. C’est un bon choix, car c’est le pays qui supporte le poids le plus lourd en matière d’enregistrement des demandes d’asile, mais aussi de protections octroyées aux demandeurs. Il y a quelque chose de symbolique dans cet acte. Je pense que le pape François a parfaitement conscience que nos règlements européens, notamment le règlement de Dublin4 , reportent lourdement la charge de l’accueil sur les pays qui sont en première ligne quant aux migrations provenant d’Orient, du Proche-Orient ou de la Corne de l’Afrique. Théoriquement, il faudrait une répartition égale entre tous les pays européens.

Or, on sait que cela ne marche pas, de nombreux plans européens ont échoué, et la France n’a pas été proactive dans ce domaine. Le Parlement européen a essayé de voter des résolutions pour répartir les personnes migrantes proportionnellement à la population, à la richesse du pays, de façon inversement proportionnelle au taux de chômage… Il faudrait appliquer partout la clé que les Allemands utilisent entre les Länder et dont la France fait usage de manière similaire depuis seulement deux ans : les personnes mises à l’abri depuis les campements sont maintenant réparties en fonction d’un schéma régional de répartition et de la demande d’asile.

Le 20 janvier, les statistiques provisoires sur l’immigration 2021 ont été rendues publiques par le ministère de l’Intérieur : 272 000 titres de séjour attribués, 103 000 demandes d’asile. Comment certains pourraient-ils instrumentaliser ces chiffres ?

Une façon toute bête serait de dire que le nombre de titres de séjour délivrés est « énorme ». Or, il faut considérer ce chiffre du point de vue des 67 millions d’habitants, ce qui représente 0,4 % de la population française. Ce n’est pas une invasion ni un tsunami. L’OCDE insiste, et on le voit très peu dans le débat public, sur le fait que, depuis une dizaine d’années, nous sommes sous la moyenne européenne concernant les « flux », comme disent les démographes.

Et il n’y a pas que les populations du Sud ! Il y a aussi les personnes migrantes qui viennent d’autres pays de l’Union européenne. Là-dessus, l’Allemagne est, en proportion, deux fois plus attractive que la France ; les deux tiers des étrangers qui vivent en Allemagne sont des européens : Polonais, Slovaques, Tchèques… En France, seulement un tiers des personnes étrangères sont européens. Pourquoi ? Nous n’avons pas la même prospérité économique, nous ne sommes pas aussi accueillants, nous n’avons pas des programmes d’intégration aussi bien faits.

L’Allemagne a mené, depuis 2015, une véritable politique d’intégration. Deux jeunes filles se renseignent sur les formations aux métiers de la santé durant une journée consacrée à l’intégration à Hambourg. Photo © Markus Sdholz/ AFP

Vous dites que la grande majorité des flux migratoires en France est liée aux droits et non pas au marché. Que voulez-vous dire ?

C’est la conséquence de la décision prise en 1974 d’interrompre la migration économique ; on ne pouvait faire venir directement des travailleurs, sauf par des dérogations, très rares. En 2006, Nicolas Sarkozy a réintroduit une petite immigration de travail, la fameuse « immigration choisie », hautement qualifiée, qui a assez peu progressé. Elle était au début réservée à des chefs d’entreprises innovants, et, en 2018, elle s’est étendue aux salariés.

Forcément, les autres types de migrations ont évolué, notamment la migration familiale ; dès 1978, le Conseil d’État a reconnu que le droit de vivre en famille était une liberté fondamentale. Ce droit a été repris et interprété dans l’article 14 de la Convention européenne des droits de l’homme, à savoir que l’État ne peut pas interférer dans la vie familiale. Mais le droit européen au nom de la souveraineté des pays n’a jamais déclaré que le droit de vivre en famille était un droit absolu et ne l’accorde pas systématiquement. Le libre choix du conjoint déclenche donc des migrations, on peut y ajouter le droit d’asile, et celui de faire des études à l’étranger dans une université, qui n’est pas vraiment un droit, mais un quasi-droit. De tous les flux migratoires au monde, ceux des étudiants internationaux sont ceux qui ont le plus progressé. En France, ils sont aujourd’hui aussi nombreux que l’ensemble de la migration familiale. Donc, la plupart des personnes qui entrent sur le territoire le font parce qu’elles en ont le droit.

Certains candidats à l’élection présidentielle française proposent de supprimer le regroupement familial. Or, il me paraît totalement impossible de viser certaines origines ! On ne peut pas imaginer avoir des mesures légales, un système juridique, qui accorderaient des droits à certains et non à d’autres en fonction du continent d’origine. Une distinction entre Européens et non-Européens est déjà inscrite dans le droit…

Le CCFD-Terre Solidaire appelle à « placer le respect des droits humains au cœur de la politique migratoire de la France et de l’Union européenne ». La fermeture des frontières imposée pour lutter contre la crise sanitaire a-t-elle joué implicitement dans l’approche sécuritaire des politiques migratoires ?

Certains régimes ont profité du Covid pour justifier leur idée de se protéger des étrangers. Le problème, dans l’économie française, est que le nombre de voyageurs internationaux est 200, voire 400 fois, supérieur au nombre de personnes qui migrent chez nous. Avant la crise sanitaire, les voyages internationaux, donc de non-résidents en France, représentaient 90 millions de personnes. La France est le pays du monde qui accueille le plus grand nombre de voyageurs internationaux ; elle souhaitait atteindre les 100 millions, mais le Covid en a décidé autrement. En parallèle, même si c’est un comptage un peu difficile – car il y a les migrations clandestines –, on estime que, chaque année, 450 000 personnes viennent s’établir en France. C’est très peu. Donc l’idée de fermer les portes spécifiquement aux personnes migrantes n’a aucun sens, car pour le virus cette différence n’existe pas.

Il y a eu effectivement un renforcement de la xénophobie avec le virus ; on se souvient des comportements à l’égard des Asiatiques début 2020.

Quels seraient, selon vous, les enjeux à relever autour des migrations et de la politique d’intégration dans les prochaines années ?

J’ai deux messages à lancer. Le premier est qu’il faut reconnaître que la migration, dans toute l’Europe de l’Ouest, est un phénomène banal, ordinaire, qui fait partie de nos sociétés. Il faut vivre avec. Je dis parfois qu’être pour ou contre les migrations n’a plus aucun sens. Certes, il y a des contrôles à effectuer, des sécurités à opérer, mais dans un cadre juridique bien établi. Actuellement, les contrôles sont très sévères, et tout a déjà été fait pour endiguer la migration familiale ; la demande d’asile est devenue extrêmement difficile et est sous-traitée et externalisée à l’étranger.

Deuxièmement, je pense que nous ne sommes pas à la hauteur de notre histoire de la construction des droits de l’homme. Il y a cette idée ancrée que la République française est immunisée contre les discriminations, que nous ne sommes pas l’Afrique du Sud et n’avons pas son apartheid, pas les États-Unis, car nous n’avons pas de ségrégation raciale.

Or, toutes les mesures, extrêmement scientifiques, qui sont faites sur les discriminations, montrent très bien que si vous avez le malheur d’avoir un signe d’appartenance visible ou un nom maghrébin ou subsaharien, vos chances d’obtenir un entretien d’embauche, accès au crédit, au logement social, sont divisées par deux ou trois. Les politiciens n’en parlent pas, ou très peu, il n’y a pas de pédagogie là-dessus. Le discours est très pédagogique quand il s’agit de la réforme des retraites, mais j’aimerais bien qu’à la place de cette démagogie actuelle nous soyons sur une pédagogie sur l’émigration. Expliquer ce qu’elle nous apporte, ce qu’elle représente vraiment par rapport aux autres pays et comme elle doit évoluer au niveau juridique.

Propos recueillis par Clémentine Méténier

1 – Dans le cadre du deuxième Programme des investissements d’avenir, dix instituts ont été créés .« Leur objectif est avant tout de fédérer les chercheuses et chercheurs de plusieurs institutions autour d’une question clé en croisant les disciplines afin de bâtir une formation originale. »

2 – Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir, La Découverte, 2017.

3 – Sant’Egidio est une communauté chrétienne née en 1968, au lendemain du concile Vatican II. Devenue un réseau dans plus de 70 pays, elle porte une attention particulière aux migrants et aux pauvres.

4 – Conformément au règlement de Dublin, les réfugiés doivent déposer leur demande d’asile dans le premier pays d’Europe où ils sont entrés.

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne