Brésil

.

Plus grand pays d’Amérique du Sud, le Brésil partage des frontières avec tous les pays du sous-continent, excepté le Chili et l’Equateur.

Superpuissance régionale en Amérique latine, son leadership, contesté par le Mexique et l’Argentine, repose notamment sur son statut de 7e puissance économique mondiale. Mais cette prospérité est relative si l’on considère la récession actuelle ainsi que la position du Brésil en tant que 3e pays le plus inégalitaire du continent.

En effet, s’il jouit d’une grande diversité culturelle, les inégalités sont fortes, la polarisation sociale très marquée, la terre concentrée dans les mains d’une minorité.

La destitution, en 2016, de la présidente Dilma Roussef, du Parti des Travailleurs, a mis fin à une période de dialogue entre Etat et société civile qui avait débuté avec l’élection Luiz Inácio Lula da Silva en 2003 et qui avait permis des avancées sociales. Entre 2003 et 2010, 20 millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté, tandis que la malnutrition infantile régressait de 46 %.

Désormais, le gouvernement conservateur et très libéral du président Michel Temer remet en cause ce qui avait été acquis en termes de droits politiques, économiques, sociaux et environnementaux sous ses prédécesseurs. Cette déconstruction des droits, accompagnée d’une concentration des médias, et d’une justice loin d’être impartiale, sont des signaux révélateurs d’une démocratie en péril.

Les organisations partenaires du CCFD-Terre Solidaire doivent faire face :

  • Aux réductions budgétaires et au démantèlement des politiques publiques en faveur des populations vulnérables
  • A une nouvelle progression de la déforestation de l’Amazonie qui avait pourtant régressé depuis 2004, et à de graves problèmes environnementaux liés à l’agro-industrie
  • A une augmentation de la violence, notamment à l’égard des femmes, des jeunes noirs des favelas et de tous celles et ceux qui défendent les droits des plus faibles ou leur environnement.

Alors que des élections présidentielles se tiendront le 7 octobre 2018, l’avenir du Brésil demeure incertain dans un pays qui cumule crise sociale, politique et environnementale.

Notre action

Le soutien du CCFD – Terre Solidaire à ses partenaires brésiliens est d’autant plus nécessaire dans un contexte de crise des ONG, qui voient leurs moyens financiers et humains drastiquement réduits et leur sécurité menacée.

Nos priorités : (mettre des liens vers les articles déjà réalisés sur ces problématiques)

  • Renforcer les acteurs de la société civile confrontés au recul de leurs conquêtes
  • Accompagner la déconstruction des dominations liées au sexe, à l’âge, aux inégalités socio-économiques ou à la couleur de peau
  • Soutenir des stratégies de communication non violentes alternatives
  • Dénoncer un modèle agro-exportateur dévastateur
  • Appuyer les agricultures familiales et la diffusion du mouvement agroécologique
  • Expérimenter de nouvelles façons de vivre ensemble en milieu urbain et défendre le droit à la ville des populations exclues

Sources des données chiffrées :

  • Banque mondiale
  • Pnud
  • WWF
  • Cirad

Quelques projets que nous soutenons :