Un avenir sans faim

Publié le 08.09.2010 • Mis à jour le 29.04.2013

Aider de jeunes producteurs agricoles à l’indépendance

L’action du MJCC, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, vise à renforcer les organisations paysannes pour qu’elles soient des vis-à-vis solides face au pouvoir, capables de promouvoir une agriculture familiale respectueuse de l’environnement.

Partenaire(s) :
, SEPA

Avec 60 % de pauvreté en zone rurale, le Paraguay est dans une situation socio-économique très préoccupante. Grand producteur et exportateur de soja, le pays connait une expansion fulgurante de cette monoculture bien souvent transgénique et « agrotoxique ». Ce modèle de production créée des richesses au bénéfice d’une oligarchie terrienne et commerçante et pénalise les petits producteurs et les paysans sans terre.

On peut observer un dérèglement environnemental mais surtout social qui a pour conséquence d’augmenter la pauvreté entraînant l’expulsion de milliers de familles rurales vers des zones urbaines.

L’absence d’une politique de développement rural et de mesures favorisant l’accès à la terre rend les jeunes agriculteurs particulièrement vulnérables. C’est pourquoi, les partenaires du CCFD-Terre Solidaire : SEPA (ONG d’accompagnement technique) et le MJCC (Movimiento de los Jovenes Campesinos Cristianos, mouvement des jeunes paysans chrétiens) se mobilisent pour trouver des alternatives afin d’aider ces jeunes producteurs.

L’association SEPA accompagne de nombreux groupes de producteurs dans l‘utilisation de techniques agroécologiques. Celles-ci permettent la valorisation des connaissances accumulées et l’utilisation de toutes les ressources agricoles de la ferme pour ainsi limiter la dépendance.

Mais les pratiques agroécologiques s’observent sur le moyen et surtout sur le long terme. Cependant, pour les associations SEPA et MJCC, il est capital de montrer qu’il est possible de vivre de cette activité, en travaillant sur la valorisation d’une production déjà existante et très diversifiée.

Un groupe d’agriculteurs du MJCC du village de Santa Rosa a décidé de redynamiser la production du « cedrón » (citronnelle) dont la culture est traditionnellement réservée aux jeunes. La citronnelle est vendue fraîche à des collecteurs intermédiaires pour environ 0.50 € le kilo.

Avec l’appui du CCFD-Terre Solidaire, un terrain a été acheté pour y installer une presse. Cette machine permettra alors de vendre la citronnelle 4 fois plus cher.

Des photos d’Emmanuel Cochon, chargé de mission au CCFD-Terre Solidaire de retour du Paraguay

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Irma, Maria : solidaires avec les peuples des Caraïbes !

Au cours de leurs passages, les ouragans Irma et Maria ont causé des dégâts considérables dans les Caraïbes. A Haïti et à Cuba, les (...)

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

21 août 2017 Kuchub’al

Au Guatemala, les petits producteurs s’émancipent (témoignage)

La communauté La Florida au Guatemala produit du chocolat, du café et de nombreux produits agricoles. Après avoir conquis leurs terres, (...)

S’informer

12 octobre 2017

Madagascar : Libération immédiate demandée pour le militant Raleva

M. Raleva, défenseur des droits environnementaux, est emprisonné à Madagascar depuis le 27 septembre 2017. Son tort : s’être opposé à un (...)

8 septembre 2017

Brésil : en Amazonie, une réserve naturelle sauvée du désastre minier

Le gouvernement Temer est contraint d’annuler le décret qui abrogeait une réserve naturelle en Amazonie. La forte mobilisation de la (...)

18 août 2017

Elles, ils ont fait plier Monsanto

300 - Juillet-Août

Le Burkina Faso se libère du coton Bt C’est ce qui s’appelle un revirement brutal : il y a trois ans, la variété Bt de Monsanto, (...)