Publié le 06.03.2013 • Mis à jour le 15.03.2013

Pour la mise en place d’une Commission d’enquête pour crimes de guerre en Birmanie

Dans son nouveau rapport, l’Association des femmes Kachin (Kachin Women Association Thaïlande - KWAT) décrit les nombreuses victimes civiles causées par les récentes offensives de l’armée birmane dans l’Etat Kachin, et appelle instamment la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement birman pour mettre fin aux attaques militaires contre les populations Kachin.

Le rapport, intitulé « Terreur d’Etat dans les collines Kachin » (“State Terror in the Kachin Hills”), met en lumière le cas de 26 victimes civiles, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées, tuées ou blessées par les bombardements de l’armée birmane dans son offensive menée contre l’Armée d’Indépendance Kachin (KIA) depuis le mois de septembre 2012. Les attaques se poursuivent encore aujourd’hui, malgré les pourparlers de paix en cours.

Les bombardements visant des civils se sont produits dans plusieurs localités de l’État Kachin : dans la ville de Hpakant, connue pour ses exploitations de mines de jade ; dans la ville de Mayan près de Myitkyina ; aux alentours d’un camp de déplacés internes près de Pangwa à la frontière chinoise ; ainsi que dans la ville frontalière de Laïza, où des coups de mortiers ont été lancés sans discernement dans une région peuplée par plus de 20 000 civils, pour la plupart déplacés internes.

Les troupes birmanes ont aussi délibérément détruit des villages, notamment un camp abritant plus de 300 déplacés internes au Nord de l’Etat Shan, près de la ville de Kyukok (Pangsai), qui a été incendié en novembre 2012.

La KWAT appelle à la réinstauration des sanctions internationales contre le gouvernement birman et à la mise en place d’une commission d’enquête menée par l’ONU et chargée d’enquêter sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre perpétrés par l’armée birmane.

« Sans pression internationale, le gouvernement birman continuera d’utiliser la force pour écraser toute dissidence ethnique  », a déclaré la coordinatrice de la KWAT, Moon Nay Li. « Alors que le gouvernement parle de paix, il lance une guerre. »

Des cartes publiées dans le rapport montrent les conséquences dévastatrices de la guerre en Birmanie septentrionale, avec 364 villages entièrement ou partiellement abandonnés, et plus de 100 000 personnes déplacées, dont la plupart n’ont reçu pratiquement aucune aide internationale.

Malgré l’annonce du gouvernement au début du mois de février autorisant l’accès de l’aide humanitaire aux personnes déplacées internes dans les zones contrôlées par l’Organisation d’Indépendance Kachin, un convoi d’aide internationale à destination de Laïza a été bloqué le 25 février.

Le rapport peut être lu (en anglais) à cette adresse : www.kachinwomen.com

Info Birmanie :www.info-birmanie.org

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

S’informer

17 décembre 2018

COP24 : A quand une réelle transition écologique ?

Avec les manifestations des gilets jaunes, la COP24 est passée au second plan dans l’actualité française. Au terme d’une conférence sur le (...)

30 novembre 2018

COP 24 : quels enjeux pour notre planète et l’humanité ? (vidéos)

Du 2 au 14 décembre 2018, les dirigeants du monde entier se réunissent à Katowice, en Pologne, à l’occasion de la COP24. Trois ans après (...)

29 novembre 2018

Cameroun : Les restrictions de la liberté d’expression marquent un signal inquiétant du nouveau mandat du Président Biya (communiqué)

• Au moins six journalistes arbitrairement arrêtés dans le cadre de leur travail • Disparition forcée d’un défenseur des droits humains • (...)