© Tananchai Keawsowattana

© Tananchai Keawsowattana

La biodiversité et les pêcheurs du Mékong menacés par les barrages #JEUDIPHOTO

Publié le 19.01.2023

Le long du fleuve Mékong, la multiplication des barrages affecte l’écosystème et les moyens de subsistance de plus de 60 millions de personnes. Les communautés de pêcheurs, bien déterminées à sauver leur fleuve nourricier, s’organisent pour défendre leurs droits et préserver leur environnement.

 
Pêcheur le long du Mékong, 2023 © Tananchai Keawsowattana

Le Mékong : un fleuve en péril

Nous sommes dans le village de Ban Muang, dans la province de Nong Khai dans le Nord-est de la Thaïlande. Ici, s’écoule le fleuve Mékong marquant une frontière avec le voisin laotien.

Ce vieux pêcheur thaïlandais — plongé dans l’eau jusqu’aux hanches, accoudé à sa barque bleue usée, sa canne à pêche artisanale dans les mains — à l’espoir vain de pêcher quelques poissons. Loin de l’abondance et de la magnificence d’antan du Mékong, c’est hélas un tableau horrifique qui l’entoure et qu’il observe avec désarroi. Un tapis de déchets plastiques amassés au milieu des branchages recouvre le bas niveau de l’eau. L’époque d’une nature idyllique et nourricière semble révolue.

Le fleuve Mékong — considéré comme une « seconde mère » pour les riverains — abritait la plus grosse réserve de poissons d’eau douce du monde. Aujourd’hui, le fleuve est en péril et de nombreuses espèces de poissons sont menacées d’extinction. Le niveau de l’eau n’a jamais été aussi bas pour les pays qui le bordent comme la Thaïlande, le Laos, le Cambodge ou encore le Vietnam.

Mais que s’est-il passé ? Dans une stratégie de devenir « la pile de l’Asie du Sud-est », les barrages hydroélectriques laotiens (mais aussi chinois) fleurissent en amont et perturbent l’écosystème du fleuve. 

Nous sommes désorientés, les zones de pêche ont changé, les poissons perdent leur habitat naturel. L’eau change de direction sans cesse.

Suta Insuran, pêcheur.

Les pêcheurs défendent leur mère nourricière

Cette situation affecte les communautés de pêcheurs et les millions de riverains dont les moyens de subsistance s’amenuisent. Désormais, vivre de la pêche est un leurre. Face à cette situation, aucune réponse des autorités locales n’a été apportée pour dédommager les communautés, alors contraintes de se tourner vers d’autres sources de revenus. Le photographe Tananchai Keawsowattana est allé à leur rencontre.

Loin de se résigner, pêcheurs et amoureux du fleuve sont bien déterminés à sauver le Mékong. Avec le soutien de notre partenaire Mekong Butterfly, ils documentent les perturbations de l’écosystème dont ils sont témoins et s’organisent pour obtenir justice face aux impacts environnementaux et sociaux causés par les barrages. 

Retrouvez tous nos #Jeudiphoto

Pour aller plu loin :

Ophélie Chauvin -

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Pour une terre sans faim, cultivez l'action du CCFD-Terre Solidaire
Je donne chaque mois