Publié le 07.09.2015 • Mis à jour le 22.01.2016

Rapport : le Baril ou la vie ?

Impacts des activités des entreprises pétrolières françaises Perenco et Maurel & Prom en Amazonie péruvienne : quelles responsabilités des entreprises et des états ?

Alors que M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international recevra à Paris les 6 et 7 septembre 2015 M. Manuel Pulgar-Vidal Otarola, ministre péruvien de l’environnement dans le cadre des négociations sur le climat, le Secours Catholique-Caritas France, le CCFD-Terre Solidaire et deux associations de la société civile péruvienne, le CAAAP et CooperAcción publient un rapport intitulé « Le baril ou la vie ? ».

Réalisé sur la base des travaux menés depuis le milieu des années 2000 par ces associations investies aux côtés des communautés indigènes, ce rapport s’intéresse aux territoires d’Amazonie péruvienne aujourd’hui exploités par les entreprises pétrolières françaises Perenco et Maurel & Prom (blocs pétroliers 67 et 116). En effet, les études menées ont fait émerger de nombreuses préoccupations quant à leur responsabilité en matière de respect de l’environnement et des droits fondamentaux, tels que le droit à l’alimentation, le droit à la santé et à vivre dans un environnement sain, le droit à la consultation et le droit au territoire. Les communautés locales font état de pollutions des sols et des cours d’eau ainsi que de problèmes de santé. Elles pointent également une raréfaction des espèces naturelles, notamment halieutiques, ainsi qu’une baisse des rendements agricoles et un appauvrissement des sols.

Ce rapport révèle des défaillances dans l’identification et la gestion des risques par les entreprises : aires d’influence des projets pétroliers définies à minima, irrégularités en matière de gestion des déchets et des eaux usées, minimisation des risques de déversements... Les communautés n’ont pas été suffisamment informées des projets extractifs les concernant et les quelques réponses apportées par Perenco et Maurel & Prom aux nombreuses interpellations de la société civile ont été trop rares et incomplètes. Les deux entreprises doivent pourtant faire preuve de vigilance en s’assurant que leurs activités ne génèrent pas d’atteintes aux droits humains et à l’environnement, garantissant réparation pour les dommages occasionnés.

PNG - 211.9 ko
Barge pétrolière et enfants de la communauté Shapajal, Loreto, Pérou © Archives CAAAP

La responsabilité des Etats français et péruvien quant à la situation sur les blocs 116 et 67 est également engagée. Ces deux Etats ont manqué à leur obligation de protection des droits humains, comme les y enjoignent les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme. Pourtant organisateurs de la COP 20 et de la COP 21, le Pérou et la France ne se sont pas assurés du respect de l’environnement par les entreprises Maurel & Prom et Perenco. Guidé par des choix économiques privilégiant l’exploitation massive des ressources naturelles, le Pérou n’a pas rempli ses obligations en matière de consultation et de participation des communautés dont les droits sont menacés par les activités extractives et a validé des études d’impact préalables insuffisantes.

Alertées à plusieurs reprises sur les impacts des activités de Perenco et Maurel & Prom en Amazonie péruvienne, les autorités françaises ont laissé faire. La diplomatie économique de la France visant à promouvoir les intérêts des entreprises françaises à l’étranger semble ainsi ne pas toujours s’accorder avec le respect de l’environnement et des droits humains.

PDF - 19.6 Mo
Rapport : le Baril ou la vie ?
PDF - 3.2 Mo
Synthèse du rapport "Le Baril ou la vie ?"
PDF - 3.2 Mo
El barril o la vida sintesis

Contact presse :

CCFD-Terre solidaire : Karine Appy, 01 44 82 80 67 / 06 66 12 33 02
Secours Catholique-Caritas France : Sophie Rebours, 01 45 49 73 23 / 07 86 39 43 02

Réponse de l’entreprise Maurel & Prom

le 29 septembre 2015

Conformément à nos engagements, nous publions aujourd’hui, mardi 29 septembre 2015, la réponse apportée par l’entreprise Maurel & Prom suite à la publication, le 7 septembre 2015 par le CCFD - Terre Solidaire et le Secours Catholique-Caritas France, du rapport « Le Baril ou la Vie ? Impacts des activités des entreprises pétrolières françaises Perenco et Maurel & Prom en Amazonie Péruvienne : Quelles responsabilités des entreprises et des Etats ? ».

Si nous pouvons regretter de ne pas avoir pu disposer plus tôt de ces éléments, nous accueillons néanmoins favorablement cette réponse qui vient poursuivre le dialogue engagé depuis avril 2015 entre l’entreprise et les deux organisations auteures de ce rapport.

Nous espérons également que cette réponse – et les divergences de point de vue et d’interprétation qui s’y affirment – viendra alimenter les prochains échanges, en France et au Pérou, entre l’entreprise, nos organisations et les partenaires péruviens ayant contribué à ce rapport. Nos organisations répondront prochainement aux interpellations de l’entreprise Maurel & Prom par le biais d’un courrier qui sera mis en ligne sur cette page.

PDF - 299.6 ko
Réponse de Maurel & Prom

Réponse du Secours Catholique – Caritas France et du CCFD-Terre Solidaire


Le 22 janvier 2016

Le Secours Catholique – Caritas France et le CCFD-Terre Solidaire répondent aujourd’hui à la lettre publique de Maurel & Prom faisant suite à la publication du rapport « Le baril ou la vie ? Impacts des activités des entreprises pétrolières françaises Perenco et Maurel & Prom en Amazonie péruvienne : quelles responsabilités des entreprises et des Etats ? ».

Dans leur réponse, les deux organisations auteures du rapport reviennent sur les remarques formulées par l’entreprise concernant la méthodologie ainsi que sur des éléments plus factuels. Le Secours Catholique – Caritas France et le CCFD-Terre Solidaire réaffirment également dans cette lettre leur définition et vision d’une véritable responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Cette réponse publique a été élaborée avec les organisations péruviennes, le CAAAP et CooperAcción, ayant collaboré au rapport.

PDF - 344.8 ko
Réponse du SCCF et CCFD à Maurel & Prom

S’informer

12 septembre 2016

Violations des droits humains : STOP à l’impunité des multinationales !

La France et l’Union européenne doivent soutenir le traité des Nations Unies sur le respect des droits humains par les entreprises (...)

19 juillet 2016

Les victimes de l’incendie de l’usine Tazreen au Bangladesh enfin indemnisées

Trois ans et huit mois après l’incendie dramatique de l’usine Tazreen au Bangladesh, dans lequel 113 travailleurs, en majorité de jeunes (...)

17 juin 2016

L’accord politique de l’UE sur les minerais du conflit très insuffisant

Malgré sa rhétorique sur la responsabilisation des entreprises, l’Europe a accordé la priorité au profit, au détriment des personnes, ont (...)

Nos projets

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

25 février 2016 IBC

L’Institut Bartolomé de Las Casas forme les acteurs sociaux péruviens

Depuis plus de 40 ans, l’Institut Bartolomé de las Casas, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, forme la conscience critique de nombreux (...)