Publié le 19.10.2018 • Mis à jour le 12.11.2018

Brésil, une démocratie en péril

15 ans seulement après l’espoir suscité par l’élection de Lula, le Brésil a finalement élu Jair Bolsonaro à la tête du pays. Un candidat d’extrême droite, nostalgique de la dictature et soutenu par l’agronégoce.

La scène se passe le 7 octobre, juste après la proclamation des résultats du 1er tour des élections présidentielles. Face aux caméras, Jair Bolsonaro (Parti Social Libéral – PSL) remercie les 50 millions de Brésiliens qui lui ont offert la victoire avec 46,06% des suffrages, devant le candidat du Parti des Travailleurs (PT), Fernando Haddad (29,24%).

Puis, le candidat d’extrême droite se lance dans un discours où il promet notamment, s’il est élu, de lutter contre la corruption, privatiser les entreprises nationales, renforcer les moyens des forces de sécurité face à la criminalité galopante dans le pays, ou encore protéger les valeurs de la famille traditionnelle.

L’ex-capitaine de l’armée s’adresse aussi aux grands propriétaires terriens. « Je veux vous donner des garanties juridiques pour que vos terres ne soient plus envahies », martèle t-il. Avant de lâcher d’un ton martial :

« Nous allons mettre un point final à tous les activismes au Brésil ! »

D’abord abasourdie, la société civile brésilienne a réagi. Le 15 octobre, près de 3000 Ongs, collectifs et mouvements sociaux, parmi lesquelles figurent plusieurs partenaires du CCFD-Terre Solidaire [1], ont tous signé une note dénonçant des propos contraires à la Constitution de 1988, qui garantit les droits d’association et d’assemblée.

« Il s’agit d’une menace inacceptable à notre liberté d’action. Ce n’est pas seulement la vie de millions de citoyens et citoyennes engagés et le travail de 820 000 organisations qui seront affectés. Ce sera la propre démocratie brésilienne ».

Des droits que Jair Bolsonaro, apologiste de la dictature (1964-1985) et de l’usage de la torture, entend pourtant remettre en question à tous les niveaux. Sous couvert de restauration de l’autorité, outre des investissements massifs dans les forces armées, Jair Bolosnaro veut, entre autre, réduire la majorité pénale à 16 ans et rétablir l’autorisation du port d’armes.

"Combien d’autres êtres humains vont encore mourir ? Stop à la haine ! Adieu maître"© Jean-Claude Gérez/CCFD-Terre Solidaire

Un fusil comme carte de visite

Cette dernière promesse inquiète particulièrement les organisations liées à la terre. Dans un communiqué du 16 octobre, la Commission Pastorale de la Terre (CPT), partenaire du CCFD-Terre Solidaire, dénonce « une vague nationale, basée sur la haine, l’irrationalité, et le mensonge, prête à lancer le Brésil dans une nouvelle ère de barbarie (…) ».

La crainte d’une escalade de la violence est fondée. Durant la campagne électorale, Jair Bolsonaro a en effet envisagé de « donner un fusil à chaque propriétaire terrien pour qu’il l’utilise comme carte de visite contre le Mouvement des Travailleurs Ruraux sans Terre (MST) », également partenaire du CCFD-Terre Solidaire. Invité par les grands propriétaires terriens à privilégier l’agronégoce, Jair Bolsonaro a même promis de placer le ministère de l’environnement sous la tutelle de celui de l’agriculture.

L’annonce a de quoi préoccuper les défenseurs de l’environnement et les populations indigènes. D’autant que le candidat du PSL a évoqué la possibilité que le Brésil puisse sortir de l’accord de Paris sur le climat. Au cours de la campagne, celui qui se dit « admirateur » de Donald Trump a souligné que le sous-sol de l’Amazonie regorgeait de ressources minières à exploiter « à travers des partenariats avec des pays démocratiques comme les Etats-Unis ».

Il a aussi assuré que, s’il était élu, « l’Indien n’aura plus un centimètre de terre » démarquée, excluant aussi la création de nouvelles aires de conservation de terres indigènes. Une menace à laquelle Mgr Roque Paloshi, président du Conseil Indigéniste Missionnaire (CIMI), partenaire du CCFD-Terre Solidaire, ne veut pas croire.

« Mr Bolsonaro a répété qu’il respectera scrupuleusement la Constitution, indique l’archevêque de Porto Velho. Or le respect des terres indigènes est inscrit noir sur blanc dans la Constitution ».

Vague de violences

« Jair Bolsonaro veut se servir d’élections démocratiques pour donner une légalité et une légitimité à un gouvernement qui veut abandonner l’État démocratique de Droit », souligne pour leur part une quinzaine de pastorales et mouvements de l’Église catholique brésilienne, parmi lesquelles la CPT et le CIMI.

Plus que jamais polarisé, le Brésil est marqué, depuis le 7 octobre, par des dizaines de manifestations de violence à l’égard de militants ou de simples électeurs du Parti des Travailleurs (PT). La plus symbolique est l’assassinat, à Salvador de Bahia, dans le Nord-Est du Brésil, de Mestre Moa, Maître de Capoeira (art martial afro-brésilien), par un électeur de Jair Bolsonaro.

Pas de quoi freiner l’élan du candidat d’extrême droite, devenu le nouveau président de la 9ème économie mondiale.
Jean-Claude Gérez

En savoir plus notre action au Brésil

[1Commission Pastorale de la Terre (CPT) ; Conseil Indigéniste Missionnaire (CIMI) Mouvement des travailleurs ruraux Sans Terre (MST), Fédération d’Associations de Solidarité et d’Éducation (FASE)

S’informer

14 novembre 2018

L’accaparement des terres en violation des droits des populations (Edito)

FDM n°306

Être dépossédé de sa terre, comme le furent les populations noires pendant l’apartheid en Afrique du Sud, est un drame vécu par de nombreux (...)

13 novembre 2018

8 avenue Lénine : le combat d’une famille rom pour l’intégration (documentaire)

Mention spéciale au Budapest International Documentary Festival 2018 et sélectionné à DokLeipzig, au Human Film Festival de Berlin et à (...)

8 novembre 2018

RDC : 9 villages portent plainte contre une banque de développement allemande (communiqué)

Neuf communautés de la République démocratique du Congo ont accompli un geste historique cette semaine : elles ont porté plainte contre la (...)

Nos projets

23 octobre 2018

En Amazonie, lutter contre le désespoir et le suicide des jeunes indigènes Madiha

Les Madiha, peuple indigène amazonien, sont confrontés à une grave crise sociale qui se traduit par une vague de suicides sans précédents (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)