Montée des eaux : En Indonésie, au cœur des villages submergés #JeudiPhoto

Publié le 10.11.2022| Mis à jour le 14.11.2022

En Indonésie, des villages entiers disparaissent sous la montée des eaux. Alors que se tient la COP27 du 6 au 18 novembre, cette réalité témoigne de l’urgence d’agir contre l’accélération du dérèglement climatique. Faute de quoi, les conséquences pourraient être irrémédiables. 

Village submergé sur l’île de Java, Indonésie. 2022 © Marion Poirot / CCFD-Terre Solidaire

Debout sur un ponton suspendu à quelques centimètres de la surface, cette Indonésienne regarde avec désolation la mer verdâtre qui submerge son village de Tambakpolo. Ou du moins ce qu’il en reste… Le deuxième étage de sa maison tient à un fil au-dessus de l’eau. Le toit, quant à lui, est parsemé d’objets du quotidien entreposés ici pour être séchés sans doute, ou tenus à distance de l’eau et de l’humidité.

Sur l’île de Java — la plus peuplée d’Indonésie — champs et rizières disparaissent à vue d’œil. Dans certains villages, maisons, écoles, commerces et édifices religieux ne sont plus que des épaves englouties par l’eau et les mangroves. Les routes n’existent plus. C’est en bateau, puis les jambes dans l’eau que Marion Poirot, chargée de mission au CCFD-Terre Solidaire, est allée à la rencontre des habitants qui sont restés dans leurs villages submergés — certains par choix d’autres par manque de moyens pour partir. De son téléphone, elle a photographié ce désastre environnemental à peine croyable.

Pourquoi Java se noie ?

Le dérèglement climatique accélère la montée des eaux. À cela, s’ajoute l’affaissement des sols qui résulte du pompage excessif des nappes phréatiques et de l’urbanisation galopante promu par le gouvernement. Depuis une décennie, des centres commerciaux, des complexes portuaires et miniers, des centrales électriques poussent comme des champignons le long du littoral. Et ce, sans prendre en considération le bien-être des populations ni les risques environnementaux pourtant bien réels. 

À Jakarta, 40 % des terres se situent sous le niveau de la mer. Face à cette situation, le gouvernement prévoit de déménager la capitale à 2 000 km de là. Une solution qui ne résout pas le fond du problème et qui laisse des millions d’habitants livrés à eux-mêmes dans une mégalopole menacée d’être noyée. 

Sur place, notre partenaire KIARA vient en aide aux villageois qui résistent tant bien que mal pour préserver leurs maisons et les souvenirs qu’elles renferment. L’association aménage des réseaux de pontons pour permettre de circuler et renforce la mobilisation des communautés pour exiger des projets d’infrastructures plus durables. 

Pour aller plus loin :

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Nourrissons le monde de solutions pour combattre la faim
Je découvre Je fais un don