Publié le 13.05.2014 • Mis à jour le 16.05.2014

Mgr Tomas Balduino : un compagnon de route nous a quittés

Fondateur de la Commission Pastorale de la Terre (CPT), Mgr Tomas Balduino, évêque émérite de la Ville de Goias, au centre du Brésil, s’est éteint vendredi 2 mai à 23h30 à l’âge de 91 ans des suites d’une embolie pulmonaire.

Mgr Tomas Balduino était né à Posse en 1922, dans l’état de Goiana, au centre du Brésil. Il avait intégré l’ordre des Dominicains à Sao Paulo et avait été ordonné prêtre à Saint Maximin, en France, en 1948. Il avait été nommé Evêque en novembre 1967. Homme d’action, Mgr Tomas Balduino avait cependant une solide formation académique. Docteur en Anthropologie et en Linguistique à l’Université de Brasilia, il avait comme objectif de développer un travail plus efficace au côté des indiens du Brésil. Il avait d’ailleurs appris à parler les langues des peuples Xicrin, Bacaja et Kayapo.

Mgr Tomas Balduino avait également travaillé à la défense des personnes persécutées par le régime militaire durant la dictature (1964-1985). A ce titre, il avait participé, en juin 2013, au Séminaire International Mémoire et Engagement, initié par la Commission Brésilienne Justice et Paix, à Brasila, avec comme objectif de se souvenir du rôle des chrétiens dans le processus d’amnistie politique et de re-démocratisation du pays entre 1964 et 1988, année de l’adoption de la nouvelle Constitution.

« L’égal de Las Casas et d’Antonio de Montesino »
Mais c’est sans aucun doute son travail en faveur des populations rurales et indigènes qui a marqué l’existence de Mgr Tomas Balduino. Parallèlement à son ministère à la tête du diocèse de Goais entre 1967 et 1999, le prélat a accompagné la création de deux institutions encore très actives et redoutées par les pouvoirs publics aujourd’hui : le Conseil Indigéniste Missionnaire (CIMI) qu’il a créée en 1972 et présidé entre 1980 et 1984, et la Commission Pastorale de la Terre (CPT), créée en 1975 et dont il a été le président entre 1999 et 2005 et partenaire du CCFD-Terre Solidaire.

Ces deux institutions ont évidemment tenu à marquer leur respect pour le prélat. A l’image de Paulo Suess, théologien, et conseiller au sein du CIMI. « Mgr Tomas Balduino était la mémoire vive de la Pastorale Indigéniste de l’Église Catholique. C’est un homme que l’on peut associer, par l’ampleur et l’importance de son travail, à des personnes comme Las Casas, Antonio de Montesino et Chenu. Il a défendu les peuples indigènes dans les églises et devant les tribunaux. Au cours de ses neuf décennies d’existence, Mgr Balduino ne s’est laissé suffoqué par aucun hiver politique ou ecclésial ».

« Un amoureux de la vie »
Le désir d’implication auprès des plus pauvres aura été central dans la vie et le travail de cet acteur de la théologie de la libération au Brésil, soucieux de concrétiser dans son action quotidienne l’esprit des Conciles de Vatican II et de Medellin. Un engagement social qui lui a souvent valu l’inimitié des grands propriétaires pour sa lutte en faveur de la Réforme Agraire, mais aussi la reconnaissance et le respect du monde politique. Et de ceux qui l’ont accompagné dans son travail.

Parmi eux, Antonio Canuto, Secrétaire de la Coordination Nationale de LA CPT et co-fondateur de l’institution. « Mgr Tomas Balduino aimait profondément la vie. Il aimait le peuple, les travailleurs de la terre et les communautés indigènes. Il n’a cessé, durant toute son existence, de lutter pour que leurs droits et leur dignité soit respecté. Même lorsqu’il était très diminué sur son lit d’hôpital, il me demandait de l’informer sur les luttes paysannes et indigènes en cours. Pour lui, c’était bien davantage qu’un combat pour les plus démunis. C’était sa vie »

Jean-Claude Gerez

Nos projets

23 octobre 2018

En Amazonie, lutter contre le désespoir et le suicide des jeunes indigènes Madiha

Les Madiha, peuple indigène amazonien, sont confrontés à une grave crise sociale qui se traduit par une vague de suicides sans précédents (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

S’informer

8 novembre 2018

RDC : 9 villages portent plainte contre une banque de développement allemande (communiqué)

Neuf communautés de la République démocratique du Congo ont accompli un geste historique cette semaine : elles ont porté plainte contre la (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

30 octobre 2018

Israël : l’abandon des fondements démocratiques ?

FDM n°306

Le 19 juillet 2018, le Parlement israélien a adopté la loi sur l’État-nation du peuple juif qui, au cours de son élaboration, puis de son (...)