Publié le 03.12.2009 • Mis à jour le 23.03.2016

Programme de production et de conservation des semences traditionnelles et actions de plaidoyer

La promotion d’une agriculture de résistance

Le contexte

Le secteur agricole est en crise au Salvador : quatre personnes sur cinq vivent sous le seuil de pauvreté. Le développement économique du pays est centré sur le secteur urbain bien que 60 % de la population vivent dans les campagnes. Deux tremblements de terre successifs et des périodes de sécheresse ont accentué la détresse des paysans. D’autres maux sont liés à la politique des dirigeants du pays, toute tournée vers le secteur de l’agro-exportation. Le Congrès a voté en 2002 une loi des semences et brevets favorisant le monopole des vendeurs de semences hybrides et d’intrants chimiques. Le gouvernement salvadorien a, par ailleurs, ratifié le Traité de libre échange entre les pays d’Amérique centrale et les Etats-Unis qui risque encore d’approfondir la crise agricole au détriment des producteurs familiaux pauvres. Enfin, dans la zone concernée par l’action de la FUNPROCOOP, un projet de barrage sur le fleuve Lempa risque de restreindre l’accès des riverains aux ressources dont ils ont besoin pour leur activité agricole.

Le projet

La FUNPROCOOP (Fondation pour la promotion de coopératives) a mis en place un programme de promotion d’une agriculture familiale « de résistance » dans quatre micro-régions du pays. Plus de 900 familles représentant 55000 habitants en bénéficient. Ils se voient renforcer leurs droits à vivre dignement de l’activité agricole, en respectant leurs modes de vie traditionnels. Le programme consiste à dynamiser la production et la conservation de semences traditionnelles et d’espèces locales. Les paysans sont formés à l’analyse de leur situation. La FUNPROCOOP les accompagne dans des actions de plaidoyer pour la défense de la sécurité alimentaire.

Les réalisations

• Les ressources génétiques de plantes locales sont identifiées. De nouveaux systèmes de production utilisant les semences traditionnelles locales et des intrants biologiques sont mis en place. Les sources d’eau sont protégées et valorisées.

• FUNPROCOOP apporte son assistance technique aux paysans. Elle leur assure des formations et les prépare à l’ouverture de marchés alternatifs. Elle diffuse des études venant de comités locaux de recherche et donne un coup de pouce aux initiatives commerciales venant de jeunes et de femmes.

• L’organisation forme des leaders pour la participation démocratique aux débats sur l’agriculture et l’alimentation. Elle pousse ces leaders à s’engager contre la biopiraterie et les OGM. 

• Elle renforce les organisations locales de paysans pour plus d’impact politique. Elle se mobilise dans des actions de lobbying aux niveaux local et national, notamment pour influer sur la loi des semences et de propriété sur le vivant. Elle mène pour cela des campagnes de communication et de mobilisation citoyenne.

Nos projets

30 novembre 2018

Cop 24 : Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

21 août 2018

Egypte : une pépinière théâtrale au Caire

FDM n°305

Alors que la libre parole se réduit à peau de chagrin depuis la prise de pouvoir du président Sissi en 2013, un centre de formation au (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

30 novembre 2018

COP 24 : quels enjeux pour notre planète et l’humanité ? (vidéos)

Du 2 au 14 décembre 2018, les dirigeants du monde entier se réunissent à Katowice, en Pologne, à l’occasion de la COP24. Trois ans après (...)

30 octobre 2018

Des jeunes à la découverte de la Bosnie sur le thème de la paix en Europe

FDM n°306

Que signifie la paix pour celles et ceux qui ont connu la guerre ? C’est pour tenter de répondre à cette question que treize jeunes des (...)

15 octobre 2018

Les pistes inexplorées pour ne pas dépasser les 1,5°C (Rapport)

Le rapport du GIEC paru la semaine dernière nous confirme qu’il est possible de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et respecter (...)