Publié le 16.12.2009 • Mis à jour le 09.05.2016

Formation et aide à la création d’entreprises pour les paysans les plus pauvres

Les Philippines sont devenus importateur net de riz, à hauteur de 3 millions de tonnes par an en provenance de l’Inde et du Vietnam. En 2008, cette dépendance alimentaire a aggravé les conséquences de la crise alimentaire, surtout lorsque le prix du riz a doublé en quatre mois.

Les familles les plus démunis consacrent plus de la moitié de leur budget dans l’alimentation, au dépend de la santé et de l’éducation. La précarité est aggravée par le retour régulier des typhons qui dévastent les rizières. Le monde rural est entré en phase de sous-développement. Par ailleurs, à la suite de récents accords commerciaux avec la Chine et le Japon, l’activité industrielle, moins compétitive, a diminué, entraînant une hausse du chômage. Enfin, les comportements de prédation des puissants voisins malaisiens et chinois affectent les ressources naturelles et halieutiques.

Le projet

IRDF vise une société équitable et économiquement progressive pour les Philippines et l’élimination de la faim et de la pauvreté. Elle renforce la puissance économique, sociale, politique et institutionnelle des petits paysans, pêcheurs et femmes des milieux ruraux.

Les réalisations

Régions de Sorsogon et Cotabato Nord : après les ravages des derniers typhons, IRDF promeut, par des cycles de formation, la création d’entreprises pour les paysans les plus pauvres, afin de réduire la dépendance de leurs revenus aux aléas climatiques. 15 villages sont concernés par cette formation, soit 200 femmes, 200 agriculteurs, 100 pêcheurs et 150 hommes identifiés comme entrepreneurs potentiels. Des groupes d’épargne et de coopératives et des associations économiques ont été mis en place.

Actions de plaidoyer  : devenue l’une des principales ONG dans les domaines de plaidoyer et lobbying, IRDF a fourni des dossiers politiques aux membres du Congrès, a engagé des échanges avec les ministères du commerce et de l’industrie, de l’agriculture et avec l’Autorité nationale de l’alimentation. Certains de ses cadres siègent dans les corps législatifs provinciaux.

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

S’informer

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)

17 décembre 2018

Souveraineté alimentaire : « La Tunisie a perdu le contrôle de son modèle agricole »

307 - DECEMBRE

Pour des raisons historiques, le modèle tunisien est fondé sur l’exportation et la dépendance. Décryptage avec Habib Ayeb, géographe et (...)