Noël contre la faim

Publié le 23.06.2010 • Mis à jour le 19.09.2013

Formation à l’auto-entreprenariat

Huit ans après l’indépendance du Timor-Leste, les conditions de vie de cette ancienne colonie portugaise n’ont guère évolué. Les emplois sont concentrés dans l’agriculture et l’industrie mais restent faiblement développées. C’est l’un des pays les plus pauvres d’Asie où le salaire moyen est de 0,50 $ par jour. Le CCFD-Terre Solidaire appuie le CDC dans son travail pour l’insertion professionnelle des timorais.

Entretien avec Joao Pinto et Simao da Costa, respectivement directeur et chargé de projets au Centro de desenvolvimento comunitario (CDC), le Centre de développement communautaire, Ong situé à Baucau sur la côte Nord du Timor-Leste. Le CCFD-Terre Solidaire soutient le CDC depuis 1999. « Transformer les plus DÉFAVORISÉS en entrepreneurs »

Quel est aujourd’hui le contexte socio-économique dans lequel intervient le Centre de développement communautaire ?

Simao da Costa  :
Huit ans après l’indépendance, les conditions de vie de ceux qui vivent en zones rurales, qui représentent quand même 86 % de la population, selon les chiffres du gouvernement, n’ont guère évolué. D’après ce que nous voyons sur le terrain, la grande majorité d’entre eux n’arrivent même pas à gagner 0,50 $ par jour. 

Joao Pinto :
Au niveau de notre district [Ndlr : équivalent de nos départements], il n’y a pour l’instant aucune sorte d’industrie et très peu de créations d’emplois. Les seules perspectives de travail possibles sont dans les administrations ou dans des ONG. La plupart des gens restent donc chez eux.

Quel est le but du CDC ?

Joao Pinto :
L’idée du CDC est d’aider l’insertion des Timorais dans le tissu économique naissant et de participer au développement socio-économique du pays. Souvent sans formation, ni moyens financiers, ces populations défavorisées mais très motivées peuvent ainsi créer leur entreprise .

Comment vous y prenez-vous ?

Joao Pinto :
Nous identifions d’abord clairement un groupe (intéressé par des activités de production) et, ensuite, nous lui apportons les compétences techniques en matière de production, de marketing, de calculs des coûts, de comptabilité, d’organisation, de formation de cadres et de communication... Lorsque nous travaillons avec des agriculteurs, nous les formons aussi à la production de compost, à la gestion des terres, à l’arboriculture et à la prévention des maladies des arbres ou des fruits. Le CDC et le groupe élaborent enfin une stratégie afin de permettre une meilleur distribution des produits au niveau régional et national.

Combien de personnes bénéficient aujourd’hui de ces différentes activités ?

Simao da Costa  :
Officiellement, 150. Mais il ne faut pas oublier qu’une famille timoraise « traditionnelle » comprend entre 7 et 10 personnes. D’autres part, chaque groupe d’auto entrepreneur du CDC crée aussi indirectement plusieurs emplois et contribue ainsi à sa manière à faire baisser le chômage. Par exemple, un groupe d’agriculteurs s’est constitué pour cultiver des ananas qui seront transformés en confiture par les femmes du village. Autre exemple, quelques voisins d’un atelier de forgerons se sont mis à la production de charbon de bois et d’autres se chargent de la récupération de ferraille abandonnée (matière première).

Quel est l’impact de ces entreprises sur la vie locale ?

Joao Pinto :
Ces activités ont un impact évident sur la communauté. Car tout cela se transforme en revenus réguliers pour les familles, pour les villages, voire le district. Cet argent servira à améliorer la qualité des repas, à se soigner, à mieux s’habiller, à payer la scolarité des enfants... Les femmes quant à elles, restaient souvent à la maison, avaient peur d’aller en ville et estimaient ne rien savoir faire. Aujourd’hui, elles sont intégrées. Et même si certains villageois regardent parfois d’un mauvais œil ces changements, l’idée d’égalité des sexes fait ainsi petit à petit son chemin.

Propos recueillis par Patrick Chesnet

Soutenu par le CDC, l'atelier des forgerons situé dans la banlieue de Baucau, où l'on fabrique des égrainoirs à maïs. Les responsables de la Banque des graines conçue avec l'aide du CDC. La fabrique de confitures. Marchandes à Baucau. Combat de coqs sur le marché de Baucau. Cest le sport national du Timor-Leste et les paris y sont nombreux. Recolte de liserons d'eau. Tisseuse de Tais, le tissu traditionnel timorais. L'agriculture du riz emploie encore 80 % de la population du pays. Cette habitante s'approvisionne en eau grâce à une canalisation. Le président timorais, Jose Ramos-Horta.

Nos projets

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

1er décembre 2017

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

S’informer

15 mars 2018

Pérou : Manger sain et à sa faim grâce à l’agriculture urbaine (diaporama)

Pour faire face à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition, les habitants des quartiers pauvres de Lima se lancent dans l’agriculture (...)

15 février 2018

Comprendre et lutter contre la faim dans le monde (Infographie)

Pourquoi plus de 800 millions de personnes souffrent-elles encore de la faim dans le monde ? Face à ce drame, des solutions existent. (...)

16 octobre 2017

10 ans après les émeutes de la faim, où en sont les engagements internationaux ? (rapport)

Dans son rapport intitulé « La faim justifie les moyens ! », le CCFD-Terre Solidaire constate la montée de l’insécurité alimentaire dans le (...)