Noël contre la faim

Publié le 10.11.2016 • Mis à jour le 15.11.2016

Ouverture d’un centre d’accueil pour migrants à Paris, un début de réponse ?

Un centre d’accueil pour migrants, demandeurs d’asile et réfugiés s’ouvre ce jeudi 10 novembre 2016 à Paris, à l’initiative de la ville. Ce centre qui accueillera environ 400 personnes - sans distinction de statut juridique - pour une période de 5 à 15 jours, est une expérience inédite.

Bien évidemment, ce centre ne constitue pas en lui seul une réponse suffisante à l’ampleur des besoins liés à l’arrivée des migrants en France. Sa réussite dépendra en grande partie des efforts consentis par l’Etat pour proposer des vraies solutions de relogement, suite à ces courtes périodes de mise à l’abri. Et en tant qu’acteur de société civile, nous resterons d’ailleurs vigilant sur la manière dont les migrants sont accueillis et sur le fait que ce centre dit de « premier accueil » ne devienne pas un centre de tri qui facilite l’expulsion des migrants sans papiers dans leur pays d’origine ou pays européen de première entrée.

Mais à nos yeux, il constitue bien un début, une tentative de réponse d’une municipalité face à ce drame humanitaire qui se déroule en silence devant nos yeux.

Défini comme un endroit où les gens pourront simplement « manger, dormir, se reposer et poser un regard sur leur situation administrative », le projet de ce centre nous rappelle la Maison des migrants de Gao, au Nord-Mali, un espace où les gens peuvent boire un verre d’eau et se remettre sur pied (à lire ci-dessous). Il nous rappelle encore les « casas de migrantes » qui se succèdent le long du chemin de fer traversant le Mexique du Guatemala jusqu’aux Etats-Unis, des lieux où les migrants peuvent retrouver un peu de dignité.

A lire « La Maison des migrants à Gao, au Mali, fait partie d’une grande chaîne de solidarité »

Le CCFD-Terre Solidaire a toujours défendu le fait que pour parler de développement, il fallait d’abord remettre les gens debout. C’est pourquoi depuis des années, il s’est attaché à apporter un soutien à ces gouttes d’eau qui, mises bout à bout, contribue à redonner un peu de dignité à ces personnes meurtries par leurs parcours.

« C’est notre devoir moral », comme le rappelle la maire de Paris Anne Hidalgo, mais aussi le pape François. Un devoir qui rejoint les préoccupations des citoyens et des populations qui, bien que peu visibles, sont nombreux à ouvrir leur porte, à s’auto-organiser pour apporter repas, couvertures ou encore dictionnaires !

Voir notre dossier spécial Demandeurs d’asile, quel accueil leur réservons-nous ?

Nous saluons donc cette initiative de la ville de Paris. Nous sommes d’ailleurs convaincus qu’aujourd’hui, les propositions innovantes et les politiques migratoires alternatives viendront des autorités locales. Londres, New York, Barcelone, Madrid, Karlsruhe, Bologne… de plus en plus de grandes villes européennes réinventent la citoyenneté locale et imaginent de nouveaux mécanismes d’intégration (carte citoyenne, conseil participatif, etc.).
De l’autre côté de l’Atlantique, des mégapoles comme Sao Paulo et New York légifèrent pour que les migrants deviennent citoyens dans la ville à part entière.

Voir l’exemple de Sao Paulo, au Brésil

Ce sont ces initiatives qui peuvent apporter un souffle nouveau, répondre au constat d’échec des politiques migratoires menées depuis des décennies, répondre à l’extrême-droitisation de nombreuses franges de la société.
En construisant des alliances sociétés civiles / autorités locales où chacun se nourrit des expériences de l’autre, une gouvernance alternative des migrations fondée sur le respect des droits fondamentaux des personnes est possible.
Avec nos partenaires et nos alliés, avec ces maisons d’accueil qui ouvrent leur porte chaque jour aux migrants et aux réfugiés, nous, CCFD-Terre Solidaire, réaffirmons que plus que des murs, nous avons besoin de construire des ponts.

S’informer

13 octobre 2016

Les Français plébiscitent l’agriculture de petits exploitants et l’agro-écologie

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation du 16 octobre 2016, le CCFD-Terre Solidaire publie les résultats d’un sondage « Les (...)

8 octobre 2016

"Extrême-droite : quelles réponses ?", à lire dans la revue Projet

La revue jésuite Projet publie un numéro dédié à la montée des idées d’extrême-droite en France, qui a été diffusé le 6 octobre 2016 à tous les (...)

6 octobre 2016

Du Mali au Pays basque : l’implication des sociétés civiles vitale pour la paix

A l’été 2016, et à l’initiative de la délégation de bénévoles du CCFD-Terre Solidaire de la région, deux partenaires maliens ont rencontré à (...)

Nos projets

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

27 septembre 2016

En France, les jeunes habitants des bidonvilles privés d’école

Le Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation a réalisé une étude, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire, permettant de mieux (...)

20 juin 2016 ANAFE

Défendre les droits des migrants aux frontières et en zone d’attente

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, l’Anafé – Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers – est l’une des rares (...)