Accès à l'eau, Agroécologie, Amérique Latine / Caraïbes, Brésil, Projet, Souveraineté alimentaire et agroécologie

Douze ans après, que sont devenues les familles du projet “un million de citernes” au Brésil?

Publié le 23.03.2020| Mis à jour le 03.01.2022

Le programme “un million de citernes” lancé en 2008 dans le Sertão, une région particulièrement aride du Brésil, avait pour but d’apporter de l’eau potable à cinq millions de personnes.
A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, retour sur les lieux du projet. Les citernes sont toujours là, tandis que les familles paysannes ont fait évoluer leurs pratiques vers l’agroécologie.

Au cours de l’histoire, les fréquentes périodes de sécheresse dans cette région ont provoqué des centaines de milliers de morts et entraîné des vagues d’exode massif vers les grandes villes du pays et ses favelas.

Le programme “un million de citernes” financé par le CCFD-Terre Solidaire et d’autres organisations, avec le soutien du gouvernement de Lula, avait pour but de subvenir aux besoins en eau des familles grâce à la collecte d’eau de pluie.

Lire aussi : Un million de citernes pour faire face aux sécheresses (diaporama)

Des citernes domestiques de 16m3, installées au pied des habitations, donnent désormais aux familles l’accès à l’eau pendant la saison sèche qui dure généralement six mois.

Dans une deuxième étape du projet, la construction d’autres citernes et des barrages souterrains ont permis aux familles de continuer à pratiquer une agriculture familiale et de rester sur leur terre.

La transition vers l’agroécologie s’est faite naturellement :
“Cette terre donne plus de légumes”, “La terre ici a plus de force” sont quelques unes des expressions utilisées par les familles agricultrices pour parler de leur expérience de production agroécologique explique Floriane Louvet, chargée de mission pour le Brésil au CCFD-Terre Solidaire.

L’accès à l’eau leur a permis de diversifier leur production, pour être en mesure d’assurer leur propre alimentation d’une part et de vendre une partie de leur production d’autre part. Cette vente se fait dans les nombreux marchés agroécologiques qui ont été créés dans la région.

Lire aussi l’article du journal La Croix, Visite dans ce Brésil qui n’a plus faim

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Partagez notre histoire
Partagez la vidéo
Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne