Gaza : le cri de détresse de nos partenaires

Publié le 09.02.2024| Mis à jour le 25.02.2024

Théâtre d’un indicible drame, la situation à Gaza résonne aujourd’hui à travers les voix de nos partenaires sur place, Filastiniyat et Culture et Pensée Libre (CPL). Ils nous partagent leur sentiment de terreur et le courage dont leurs équipes font preuve pour aider autant que possible la population.

Crédit photo de Une : Mahmud Hams / AFP

Alors que le premier ministre Israélien a annoncé vendredi 9 février le lancement d’opérations terrestres à Rafah, dans le sud de la Bande de Gaza, nous exprimons notre vive préoccupation concernant le sort des habitants. Une employée de notre partenaire Filastiniyat, actuellement sur place, a partagé dans un message ce 12 février que « la nuit avait été extrêmement violente » et que « la situation est terrifiante ».

Filastiniyat, l’une des associations que nous soutenons à Gaza, s’engage activement à soutenir les jeunes et les femmes journalistes en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza.

« Nous voulons que  cette guerre s’arrête, que cette folie prenne fin. Nous voulons dormir dans le calme. Les enfants sont terrorisés ».

La ville de Rafah, qui comprenait environ 280 000 habitants, accueille actuellement plus de 1,4 millions de déplacés, soit une immense majorité de la population Gazaouie, lourdement affectée par les opérations militaires israéliennes.

« Si nous pensons à fuir, où pouvons-nous aller ?  toute la Bande de Gaza est menacée, il n’y a pas d’endroit sûr ».

Lire aussi cet interview de notre partenaire Al Haq : Empêcher un génocide à Gaza : “Il faut faire pression sur Israël”

Dans le Sud de Gaza : en première ligne depuis octobre

Depuis octobre, la tragédie frappe nos partenaires de plein fouet. Avant la guerre, notre partenaire Culture et Pensée Libre donnait accès à de nombreuses activités éducatives et socio-culturelles, telles que la danse, le théâtre, la peinture ou encore le sport, à des jeunes et des femmes palestiniennes. Lors de nos derniers échanges avec eux, nous avons appris que trois membres de leur équipe ont été tués dans les bombardements israéliens.

Des enfants et jeunes bénéficiaires des activités de CPL ont également été touchés.

Les trois membres de CPL victimes des bombardement israéliens étaient :

  • Youssef, un artiste dévoué envers les jeunes et les femmes victimes de violences sexuelles ;
  • Marwa, une dentiste engagée auprès des femmes ayant survécus au cancer ;
  • Hanane, une psychologue dédiée à aider les femmes et les filles victimes de violence et de cancer.

Pour préserver leur anonymat, les prénoms ont été modifiés.

Les bombardements israéliens ont également décimé des pans entiers des familles des membres de l’équipe.

La quasi-totalité des employés a été déplacée et la plupart d’entre eux ont perdu leur logement, complètement ou partiellement détruit. Les conditions du déplacement ont été extrêmement traumatisantes. Des membres ont perdu de vue des proches pendant leur fuite depuis Khan Younes vers Al Mawasi, et n’ont pu les retrouver qu’après plusieurs heures.

Majeda Al-Saqqa, la directrice de CPL, nous a indiqué qu’elle avait perdu contact avec plus de 35 membres de son équipe. Par ailleurs, 10 familles et 3 employés sont restés bloqués pendant plus de deux semaines, encerclés par l’armée israélienne, dans l’un des abris où ils s’étaient réfugiés. Leur évacuation n’a pu avoir que le 5 février dernier, malgré des demandes répétées d’aide envoyées ces dernières semaines à l’UNRWA et au Comité International de la Croix-Rouge.

Toutes ces tragédies confirment les informations transmises depuis des mois par les journalistes palestiniens et les organisations de défense des droits humains.

Un soutien acharné malgré l’adversité

Les locaux où s’exerçaient les activités de CPL ont été évacués et lourdement endommagés par les opérations militaires israéliennes. Depuis le début du conflit, ces locaux abritaient des personnes déplacées en raison des bombardements israéliens. L’étendue des dégâts reste inconnue car la plupart se situent en zone active de combats, dans la ville de Khan Younes.

Malgré les circonstances, les équipes de CPL- elles mêmes déplacées – s’efforcent de fournir un soutien aux personnes affectées par les opérations militaires à Khan Younes. Deux des trois abris installés par CPL à proximité de la ville, dans la zone d’Al Mawasi, continuent de recevoir et d’abriter des familles.

L’appel à don lancé par le CCFD- Terre Solidaire leur a permis de renforcer leur intervention. Les équipes sur place fournissent des produits et services de première nécessité tels que des tentes, des matelas, des couvertures, une assistance financière, de la nourriture et des produits d’hygiène.

17 octobre 2023. Le début de la réponse d’urgence de CPL pour accueillir les déplacés de Gaza dans les centres (tous détruits dorénavant).

Blocus et pénuries

Cependant, le soutien apporté par CPL ne suffit pas à répondre aux besoins croissants des familles qui ont tout perdu et font face à une augmentation vertigineuse des prix due au blocus persistant.

L’entrée de l’aide humanitaire se fait au compte-goutte. Des denrées essentielles comme les fruits sont devenus introuvables, tandis que les légumes, disponibles en quantités limitées, sont vendus à des prix inabordables pour de nombreuses personnes.

Les familles récemment évacuées de Khan Younes vers Al Mawasi se trouvent dans le dénuement le plus complet. Majeda Al-Saqqa nous explique que « des centaines de familles sont sans abri, sans chaussures ou chaussons, sans vêtements chauds, et dorment dans la rue à proximité de la plage. » Mi-janvier, CPL accueillait déjà plus de 200 familles, soit plus de 1000 personnes, dans ses abris. Ce chiffre est vraisemblablement bien plus élevé aujourd’hui en raison des déplacements massifs dus aux opérations militaires israéliennes dans la ville de Khan Younes.

Nos partenaires à Gaza épuisés et inquiets pour l’avenir

Le 26 janvier dernier, une ordonnance de la Cour internationale de Justice a enjoint à Israël de prendre rapidement des mesures conservatoires, notamment de “prendre toutes les mesures en son pouvoir pour prévenir la commission” d’actes constitutifs du crime de génocide et de permettre la fourniture des services de base et de l’aide humanitaire.

Malgré cette décision, nos partenaires sur place ne voient aucun changement et sont à bout de souffle. Ils sont dépassés par l’ampleur des besoins et des pertes subies, et extrêmement inquiets pour l’avenir.

POUR EN SAVOIR PLUS :

Lire l’article sur la mobilisation de CPL : À Gaza, notre partenaire se mobilise

avec le CCFD - TERRE SOLIDAIRE

J'agis

J'ai 1 minute

Partagez et relayez nos informations et nos combats. S’informer, c’est déjà agir.

Je m'informe

J’ai 5 minutes

Contribuez directement à nos actions de solidarité internationale grâce à un don.

Je donne

J’ai plus de temps

S'engager au CCFD-Terre Solidaire, c'est agir pour un monde plus juste ! Devenez bénévole.

Je m'engage

Vous n'avez qu'une minute ?

Vous pouvez participer à la vie du CCFD-Terre Solidaire

Rejoignez-nous

Restez au plus près de l'action

Restez informés

Abonnez-vous à notre newsletter

Je m'abonne
Découvrez nos actions pour lutter contre la faim!
Je découvre