Publié le 08.09.2017 • Mis à jour le 01.12.2017

Brésil : en Amazonie, une réserve naturelle sauvée du désastre minier

Le gouvernement Temer est contraint d’annuler le décret qui abrogeait une réserve naturelle en Amazonie. La forte mobilisation de la société civile brésilienne a porté ses fruits.

Le gouvernement brésilien a plié, le 26 septembre 2017, sous la pression de la société civile. La Réserve nationale de cuivre et associés (Renca) restera protégée. Le décret visant l’ouverture de cette zone aux sociétés minières a été annulé.

Le Réseau Ecclésial Pan-Amazonien (Repam) et la Commission Épiscopale pour l’Amazonie de la Conférence nationale des évêques du Brésil avaient dénoncé le 28 août 2017, dans un communiqué, un décret du 23 août, abrogeant cette réserve naturelle, d’une superficie de 47.000 km² en Amazonie.

Suite à la forte mobilisation engagée par la société civile brésilienne, le gouvernement Temer avait dû reculer. Le décret avait été suspendu par la justice.

La sortie du décret avait déclenché une avalanche de protestations au sein la société civile. Ce communiqué du clergé dans les jours qui ont suivi, avait été largement repris et diffusé par les partenaires brésiliens du CCFD-Terre Solidaire implantés en Amazonie : Cimi, CPT et Fase. Sur les réseaux sociaux, l’action du gouvernement a été dénoncée par le mot-clé #TodosPelaAmazonia (Tous pour l’Amazonie).

Menace d’un massacre culturel

Cette forte mobilisation aura permis dans un premier temps le remplacement du décret par un autre texte édulcoré aussitôt condamné par les acteurs de la société civile. En pleine mobilisation pour les Guarani de Jaragua, suite à la décision du ministère de la justice d’annuler l’extension de leurs terres, le Cimi a dénoncé le mépris permanent de Michel Temer envers les peuples indigènes. Ce décret avait été perçu comme la menace d’un massacre culturel à l’encontre des ethnies originaires peuplant la réserve du Renca.

Malgré cette victoire, les organisations partenaires du CCFD-Terre Solidaire restent vigilantes.

La mobilisation aura aussi permis de mettre en lumière :

  • le large spectre des défenseurs de l’Amazonie au sein de la société civile,
  • la sensibilité de l’opinion publique sur l’environnement
  • et de faire reculer le gouvernement dans l’une de ses multiples tentatives de braderie du biome amazonien.

Jules Girardet

Chargé de mission Amérique latine

Voir le communiqué :

S’informer

17 décembre 2018

Face à une humanité fragilisée, la solidarité à l’oeuvre (Edito)

307 - DECEMBRE

Ce numéro est organisé autour de deux fragilités de notre humanité. Les dégradations de notre environnement qui rendent d’ores et déjà des (...)

17 décembre 2018

COP24 : A quand une réelle transition écologique ?

Avec les manifestations des gilets jaunes, la COP24 est passée au second plan dans l’actualité française. Au terme d’une conférence sur le (...)

30 novembre 2018

COP 24 : quels enjeux pour notre planète et l’humanité ? (vidéos)

Du 2 au 14 décembre 2018, les dirigeants du monde entier se réunissent à Katowice, en Pologne, à l’occasion de la COP24. Trois ans après (...)

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

23 octobre 2018

En Amazonie, lutter contre le désespoir et le suicide des jeunes indigènes Madiha

Les Madiha, peuple indigène amazonien, sont confrontés à une grave crise sociale qui se traduit par une vague de suicides sans précédents (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)