dossier

Le programme TAPSA : L’agroécologie paysanne au service de la souveraineté alimentaire

Le CCFD-Terre Solidaire lance un vaste programme de transition vers une agroécologie paysanne au service de la souveraineté alimentaire : le TAPSA. D’une ampleur inédite, il sera déployé sur 4 ans, de 2018 à 2022, sur tous les continents !

L’agroécologie, ça marche et ça rassemble des acteurs du monde entier !

Un précédent programme pilote, le PAIES, qui s’est achevé fin 2017, a mis en lumière l’efficacité de l’agroécologie au Sahel et en Afrique des Grands Lacs :

  • Amélioration de l’accès et de la qualité de l’alimentation des populations
  • Meilleure adaptation aux changements climatiques
  • Préservation des écosystèmes
  • Amélioration des processus de gouvernance, notamment dans le domaine de la gestion des ressources
  • Meilleure inclusion sociale, notamment des femmes et des jeunes
  • Dégagement de revenus supplémentaires pour les communautés paysannes

    Suite à ce succès, nous avons décidé d’inviter des organisations d’autres continents à rejoindre une expérience devenue mondiale.

De 2018 à 2022, ce sont pas moins de 29 organisations paysannes et collectifs locaux qui prendront part à l’aventure TAPSA. Au total, 16 pays seront représentés sur tous les continents.

.

Le programme TAPSA a pour objectif de renforcer les acteurs de la société civile engagés dans l’agroécologie paysanne.

Lire aussi : Le choix de l’agroécologie paysanne

Il combine trois logiques d’action

1) Soutenir des initiatives et expérimentations agroécologiques concernant :

  • la production, la transformation et la commercialisation des productions agricoles
  • la gestion concertée des territoires et de leurs ressources
  • la conception et de la défense de réglementations et politiques publiques adaptées. C’est la spécificité de l’agroécologie paysanne portée par le programme TAPSA qui vise aussi à faire des paysans des acteurs en mesure de porter leurs revendications et d’influencer les politiques publiques.

2) Renforcer les relations entre les acteurs de l’agroécologie paysanne sur les 5 continents

L’objectif est qu’ils se connaissent, apprennent les uns des autres et se coordonnent en se nourrissant mutuellement de leurs expériences. Les organisations impliquées dans le programme TAPSA rencontrent en effet des problématiques similaires et ont beaucoup à s’apporter les unes aux autres.

3) Evaluer les résultats et effets de la transition écologique dans une perspective d’apprentissage continu.

C’est là un gage d’efficacité à long terme et une exigence morale à la fois envers les donateurs du CCFD-Terre Solidaire et envers les organisations partenaires du programme.

Le TAPSA c’est aussi :

  • des échanges avec des organisations paysannes françaises et des bénévoles du CCFD-Terre Solidaire
  • le rassemblement des volontés pour promouvoir une autre manière de se nourrir et expérimenter de nouveaux modèles agricoles

Ce programme d’une ampleur inédite est doté d’un budget de 12 millions d’euros sur 4 ans et co-financé par :

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

S’informer

15 janvier 2019

Elections présidentielles en RDC : "un processus électoral dévoyé et des institutions décrédibilisées" (communiqué)

Le résultat provisoire de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo, donnant vainqueur M. Tshisekedi, est terni par un (...)

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

17 décembre 2018

Souveraineté alimentaire : « La Tunisie a perdu le contrôle de son modèle agricole »

307 - DECEMBRE

Pour des raisons historiques, le modèle tunisien est fondé sur l’exportation et la dépendance. Décryptage avec Habib Ayeb, géographe et (...)